Burkina Faso : Une attaque « terroriste » suscite la mort d’une dizaine de militaires

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Au Burkina Faso, au moins une dizaine de militaires tués le lundi suite à une attaque « d’envergure » menée par des « bandits terroristes ». Selon les informations, cette attaque qui pourrait être la plus meurtrière que l’armée ait subi  a eu lieu dans le nord du pays.

Ainsi, via un communiqué, l’Etat-major général des armées burkinabè explique les faits : « Au petit matin, le détachement militaire de Koutougou, province du Soum, a été la cible d’une attaque d’envergure perpétrée par des groupes terroristes ».Selon ce responsable de l’armée, « dans les rangs des forces nationales, un bilan provisoire fait état de plus d’une dizaine de militaires tombés et plusieurs blessés ».Par le communiqué, l’Etat-major général de l’armé qualifie cette attaque  de « terroriste » enclenchée par des « groupes djihadistes ».Suivant plusieurs sources sécuritaires, certains soldats sont toujours « portés disparus ».Ce qui fait que le bilan peut éventuellement dépasser une vingtaine de morts, faisant de cette attaque la plus meurtrière dans le septentrion burkinabè. Notons que l’attaque considérée comme la plus meurtrière perpétrée contre les militaires burkinabè avait  fait 12 morts en décembre 2016 à Nassoumbou, partie de la localité de Soum. Pour ce faire, lit-on dans « Jeune Afrique », une quarantaine d’assaillants, à bord de véhicules pick-up et de motos, avaient pris d’assaut un poste militaire qui se trouve à une trentaine de kilomètres du Mali. Selon les renseignements, l’attaque contre le détachement militaire de Koutougou  a débuté lundi vers 5H du matin. De ce fait, les assaillants ont pu effectuer plusieurs tirs à l’arme lourde avant de réduire en poudre une grande partie de la base du camp  ainsi que des engins. Suivant les détails de l’Etat-major général, une vaste réaction aérienne et terrestre de ratissage a permis aux militaires du pays de neutraliser de nombreux assaillants. Egalement, il convient de rappeler que quatre militaires du pays ont été tués les 14 et 15 de ce mois à la suite d’une explosion d’un engin artisanal qui a fait sauter leur véhicule  au cours de la route vers le nord. Sans aussi oublier les trois limiers tués dans une embuscade. Au total, ces attaques djihadistes devenues fréquentes ont tué plus de 500 morts dans le Nord et la partie Est du pays des hommes intègres.

Mamadou Diarra

Source : LE PAYS

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *