Insécurité au Mali et dans les autres pays du Sahel : Soumaila Cissé recommande, au parlement panafricain, la création d’une commission d’informations

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Invité d’honneur à la 3e session ordinaire de la 5e législature du parlement panafricain, l’honorable Soumaila Cissé, président de l’Union pour la République et la démocratie (URD) et député élu à Nianfunké, a recommandé aux   parlementaires panafricains la création d’une commission d’informations dans le sahel dont les peuples sont victimes du terrorisme.

L’honorable Soumaila Cissé, le président du parti de la poignée de main, a fait une brillante intervention lors de la troisième session ordinaire de la cinquième législature du parlement panafricain (PAP) tenue au siège de l’institution à Midrand à Johannesburg, en Afrique du Sud. Le chef de file de l’opposition malienne a profité de cette tribune pour faire de nombreuses propositions pour le développement économique et la sécurité en Afrique.

Celui affectueusement appelé Soumi Champion s’est, lors de son intervention, prononcé sur la zone   de libre-échange continentale africaine. Sans tergiverser, le président du Front pour la sauvegarde de la démocratie (FSD) a déclaré sur ce point : « La zone de libre-échange ne doit pas être qu’une zone d’échange de marchandise ».

Le député URD élu à Niafunké a longuement plaidé pour la lutte contre le terrorisme et les conflits intercommunautaires dans le sahel, particulièrement au Mali. « Je pense à mon pays. Je pense surtout au sahel avec les difficultés que nous avons aujourd’hui : des guerres intercommunautaires, un terrorisme qui dépasse son nom, des vieux réflexes qui reviennent aujourd’hui », a déploré le principal challenger d’IBK à la présidentielle passée.

Pour le député de Niafunké, les parlementaires panafricains doivent beaucoup focaliser leur travail sur la situation précaire au sahel et ils doivent être écoutés. « Je pense très sincèrement que votre voix doit être entendue, plus forte encore », a-t-il déclaré. Soumaila Cissé estime que le parlement panafricain doit partager la douleur de tous les peuples du sahel qui continuent à être endeuillés à cause du terrorisme. « Vous devez crier avec ces enfants qui pleurent, vous devez crier avec ces femmes qui voient leurs enfants mourir, leurs frères mourir, leurs maris disparaitre par des forces du mal. Je crois que ça ne doit pas rester indifférent », a plaidé le président du parti de la poignée de main en faveur du Mali et de tous les autres pays du sahel. Ce n’est pas tout, l’honorable Cissé recommande au parlement panafricain l’ouverture d’une commission d’informations dans le sahel pour connaitre la gravité du drame et chercher rapidement une solution. « Monsieur le président, vous devez avoir une commission d’information dans le sahel, vous devez savoir ce qui se passe dans le sahel », a proposé le député de Niafunké. Pour lui, ce qui se passe au Mali et partout dans le sahel est dramatique, infrahumain.  Il invite donc les parlementaires panafricains à en être conscients.

Le dernier message de l’honorable Soumaila Cissé devant le parlement panafricain semble être un cours magistral de politique. « Quand on est des hommes politiques, on apprend à subir tout : les contrevérités, les trahisons, les difficultés… », a-t-il déclaré.  Ce message est court, bien sûr, mais son sens en dit long pour qui connait la carrière politique de son auteur, Soumaila Cissé.

Boureima Guindo

Source : LE PAYS

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *