Édito : L’heure de passer à l’offensive a sonné !

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Comme Dioura en mars, Guiré en avril, Boulkessi et Mondoro le mois dernier, les forces du mal ont encore fait des victimes dans les rangs de l’armée malienne à Indelimane sur l’axe Ansongo-Menaka, le vendredi 1er novembre. Le bilan est lourd : 54  morts du côté des FAMA, des blessés, du matériel de l’armée emporté et endommagé. Que c’est choquant ! Toute la nation malienne vient à nouveau d’être endeuillée. Comme avec les autres attaques, les condamnations des attaques barbares ont poussé de partout  comme des champignons. Gouvernement, partis politiques, internautes…tous ont dénoncé, avec les mêmes propos que lors des attaques précédentes. Encore « la faillite » du renseignement militaire  est dénoncée. C’est vrai, en toute vérité, notre renseignement ne fonctionne pas.  Pendant les attaques contre les positions des Famas tout comme lors des carnages des villages, ce service n’a jamais pu prévenir le mal.

Au-delà des émotions, il est temps d’analyser la situation, constater l’échec de  l’actuelle stratégie de défense de nos autorités et la changer pour que nos soldats ne continuent plus à mourir de la sorte. Dans toutes ces attaques citées plus haut, ce sont les forces du mal qui attaquent les positions de nos Famas. Ils viennent donc très préparées pendant que nos militaires ont presque l’esprit tranquille. Ces hommes sans foi ni loi, toujours dans l’offensive, ont toujours fait de nombreuses victimes dans les rangs de nos hommes : morts d’hommes, matériels emportés et/ou endommagés… Nos soldats sont braves, ils sont courageux et défendent avec patriotisme  leur pays, notre pays. Mais quelque chose ne va pas. Deux choses peuvent expliquer cela : soit la stratégie utilisée par nos autorités militaires souffre d’insuffisances  ou notre pays est victime d’un complot international. Il est temps de se poser certaines questions : pourquoi la position de nos militaires est attaquée toujours ? Pourquoi pendant des heures de combats, nos vaillants soldats ne bénéficient pas, comme il le faut,  de l’appui de nos soi-disant « amis »? Pourquoi ces forces du mal, à motos en général, arrivent à disparaitre au nez de ces forces dites amies du Mali qui ont pourtant  tous les moyens sophistiqués ? Le manque d’une  franche collaboration est passé par là.

Les terroristes sont arrivés à faire des victimes dans les rangs de l’armée malienne,  non pas parce qu’elles sont plus puissantes que nos militaires, mais parce que c’est elles qui ont préparé et commis l’attaque. Le contraire donnera un autre résultat.

La donne doit changer. Il est maintenant temps pour l’armée malienne de sortir de la défensive. Elle ne doit plus, à nos yeux, attendre à ce que ces forces barbares l’attaquent pour réagir. Elle doit passer à l’offensive. Elle doit être la première à attaquer,  déloger ces forces du mal partout où elles se trouvent sur le sol malien. Elle a cette capacité. Nous en sommes surs. C’est d’ailleurs ce que propose le général Elhadji Ag GAMOU :« Je le répète encore le MALI a besoin d’une deuxième opération de reconquête plus vaste et faire appel à tous ses fils sur le théâtre d’opérations. La meilleure défense c’est l’attaque ».

Boureima Guindo

Source : LE PAYS

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *