Lutte contre le terrorisme : Impossible de vaincre l’hydre sans une bonne stratégie

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Les mécanismes de lutte contre le terrorisme dans le monde laissent à désirer. Au lieu de mettre en place des stratégies pour empêcher l’hydre de multiplier ses têtes à chaque fois que l’on en coupe, on court permanemment derrière la tête immortelle de la bête. Il convient de comprendre que nul ne peut vaincre l’hydre sans être stratège.

Dans la mythologie grecque, l’hydre est connue pour être cet animal mystérieux à plusieurs têtes dont le nombre varie entre 5, 9 et 100 selon différentes sources. Hercule, héros grec, reçoit comme mission de combattre ce monstre dont chaque tête coupée se trouvait ipso facto remplacée par deux autres.

Le fils de Zeus, roi grec, n’a point attendu que sa ville soit attaquée par le félin. Il part à sa recherche, le fait sortir de sa cachette. Hercule comprenant lors de son combat avec la bête que chaque tête coupée se dédoublait, prends vite ses précautions. « Hercule eut ensuite l’idée de brûler le cou de la bête juste après avoir tranché la tête ». Cette mesure a empêché les têtes de l’hydre de repousser par dédoublement.

Hercule enterre enfin la tête de l’hydre qui était réputée immortelle sous un rocher loin du marais dans lequel vivait le monstre.

La réussite de la lutte contre le terrorisme a besoin de stratégies pareilles. Il ne suffit point de mettre toujours et uniquement la tête des leaders des groupes terroristes à pari pour espérer vaincre l’« hydre terroriste ».

Comme ce monstre légendaire, chaque tête de leader coupée est ipso facto remplacée. Une substitution qui ne se fait d’ailleurs pas sans conséquence. Le terrorisme étant une coalition internationale, les différents groupes montrent leur mécontentement, après la mort d’un des leurs, en procédant à une démonstration de force.

C’est ce que la plupart des pays du Sahel ont subi après la tombée de la tête d’Abu Bakr Al-Baghdadi, l’ancien chef du Groupe d’État islamique (EL), ainsi que de Ali Maychou, responsable du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM).

La tête d’Amadou Koufa, chef de la Katiba Macina affilié à Al-Qaida ; de Iyad Ag Ghaly, chef du GSIM sont maintenant sur la liste terroriste des États-Unis.

Pendant combien de temps, on va continuer à courir derrière la tête des leaders de ces groupes ? Sachant bien qu’à chaque tête coupée d’autres repousseront.

L’hydre terroriste est une entreprise où tout est prévu et coordonné. Tous les membres sont à la fois dispensables et indispensables.

La course à la tête des chefs terroristes réussira difficilement tant que l’hydre vivra avec la tête immortelle.

Pour vaincre le terrorisme, il convient de passer à l’offensive en éliminant non seulement les têtes mortelles, mais aussi les têtes immortelles.

Ce n’est pas tout, il faudrait des mesures sécuritaires supplémentaires pour empêcher à l’hydre de faire pousser d’autres têtes à la place de celles coupées. Cela passe par le renforcement de la sécurité dans les zones sous contrôle terroriste, mais aussi par la présence des autorités administratives dans lesdites localités afin d’assurer un développement durable dans ces zones.

Toutes les mesures pouvant permettre aux populations de ces zones de ne pas regretter la mort de l’hydre sont nécessaires. Nul ne peut vaincre l’hydre sans être un stratège.

Fousseni TOGOLA

Source : LE PAYS

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *