Moussa Seye Diallo, secrétaire à la communication adjoint de l’URD : « On a l’impression que ça ne se passe pas chez nous »

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Le secrétaire à la communication adjoint du parti de la poignée de main, Moussa Seye Diallo, a dénoncé, sur sa page Facebook, l’indifférence des Maliens quant aux actes des obscurantistes à l’intérieur du pays.

Si beaucoup de Maliens, surtout ceux de Bamako, ne mesurent pas la gravité de la situation à l’intérieur du pays, le jeune cadre de l’Union pour la République et la Démocratie (URD), Moussa Seye Diallo, lui, il y exprime ses inquiétudes. « On a l’impression que ça ne se passe pas chez nous ». C’est par cette manière qu’il qualifie la gravité de la situation au Mali.

M. Diallo dénonce surtout l’indifférence des Maliens par rapport aux actes des obscurantistes religieux à l’intérieur du pays. « Nous sommes dans une course effrénée pour gérer le pays. Beaucoup se battent juste pour les délices et les privilèges du pouvoir », a écrit le secrétaire à la communication adjoint de l’URD qui regrette : « Au même moment à l’intérieur du pays, ces gens(les djihadistes) endoctrinent, enrôlent chaque jour des désœuvrés. Ils avancent doucement, mais sûrement avec une compréhension de l’Islam qui n’est pas la vocation et l’objectif réel de cette belle religion ».

Moussa Seye Diallo dit haut ce que beaucoup de Maliens pensent tout bas. Il estime que les leaders religieux ne jouent pas leurs rôles comme il le faut. « Nos leaders religieux au lieu de ne penser qu’à leur confort, doivent d’abord contrer cela par des prêches de rassemblement et de cohésion », a-t-on lu sur sa page Facebook. M. Diallo n’en décolère pas et ajoute : « Leurs prêches actuels avec ses accents d’opportunisme et de dénigrement affaiblissent les ressorts de notre société et nous perdent ».

Pour ce jeune cadre du principal parti d’opposition, les Maliens ne sont pas, jusqu’à présent conscients de la situation dans laquelle le pays se trouve. Et il estime que le risque est grand quand les citoyens ne travaillent et n’agissent pas dans l’objectivité. « Nous risquons de regretter nos hypocrisies, nos ambitions démesurées. Même ces apprentis djihadistes pourront regretter les actes qu’ils posent aujourd’hui », a-t-il précisé. A en croire Moussa Seye Diallo, un petit temps de sursaut est encore possible.

Boureima Guindo

Source : LE PAYS

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *