Le directeur de l’OIM, António Vitorino, lors de la publication de la 10e édition du rapport sur la migration dans le monde : « Nous avons l’obligation de démystifier la complexité et la diversité de la mobilité humaine »

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Mercredi 27 novembre 2019, l’Organisation internationale pour les migrations a publié son rapport 2020 sur « la migration dans le monde ». Plusieurs sujets sur l’actualité de la migration mondiale se trouvent évoqués dans cette dixième édition.

« Dans un environnement médiatique mondial très intéressé par la question de la migration, la nécessité d’une analyse vérifiée, fondée sur des preuves, de cette question cruciale de notre époque n’a jamais été aussi urgente. » C’est dans cette optique que l’OIM, organisme des Nations Unies chargé des migrations, a jugé nécessaire de promouvoir une compréhension équilibrée des migrations à travers le monde, lit-on dans le communiqué de presse publié par l’OIM à l’occasion de la publication de ce rapport 2020. 

Ce document rendu public par le directeur général de l’OIM, António Vitorino, vise à fournir des informations bien documentées et rigoureuses sur la migration. Des informations accessibles à tous, indique-t-on dans ledit communiqué. 

Selon le directeur général, « L’OIM a l’obligation de démystifier la complexité et la diversité de la mobilité humaine. » M. Vitorino poursuit ses propos en ajoutant : « Comme le montre ce rapport, nous disposons d’un ensemble de données et d’informations en constante augmentation qui peut nous aider à faire meilleur sens ‘des caractéristiques fondamentales de la migration en période d’incertitude croissante ». 

Cette dixième édition de la série de rapport sur la migration mondiale fournit des données et des informations récentes sur la migration dans le monde. Il fournit également une analyse sur les problèmes de migration complexes et émergents, souligne-t-on dans le communiqué.

Parmi les sujets abordés dans ce document, on retient entre autres
la mobilité humaine et les changements environnementaux, les contributions des migrants à l’ère de la désinformation, les enfants et les migrations insalubres, les migrations et la santé, etc. Des sujets « qui sont non seulement opportunes, mais également très pertinentes pour les spécialistes et les autres publics », explique-t-on. 

A l’occasion du lancement de ce rapport 2020, l’Ambassadrice Doreen Debrum, Représentante permanente de la République des Îles Marshall auprès des Nations Unies à Genève, a souligné l’importance de ce document. « La République des Îles Marshall est maintenant au bord du précipice. Chaque rapport scientifique fait ressortir un exposé plus profond et plus sérieux des risques, a-t-elle expliqué, menaces et dangers imminents posés par le changement climatique ; cela mettrait toute la population des Marshalls en danger et entraînerait très probablement le déplacement forcé de notre peuple et la perte de notre patrie ». 

De son côté, l’Ambassadeur d’Allemagne, Michael Von Ungern-Sternberg, n’a pas manqué pour la même occasion de noter que ce rapport contribuera à alimenter les débats autour de la migration dans le monde. « C’est un bon développement. Le Rapport sur les migrations dans le monde contribuera à un débat constructif sur cette question extrêmement délicate et jettera les bases d’une coopération internationale si nécessaire », a souligné M. l’ambassadeur. 
Ce nouveau rapport s’érige sur les ruines de celui de 2018. Plusieurs de ses chapitres ont été écrits avec la collaboration des experts de l’OIM, des praticiens des migrations et de certains des plus grands chercheurs sur les migrations dans le monde, précise-t-on dans le communiqué. 

C’est ce que souligne Marie McAuliffe, corédactrice du WMR 2020 : « Afin de saisir les dernières données disponibles sur les migrations, les chapitres thématiques ont été écrits par certains des plus éminents chercheurs dans le domaine. Le rapport a été coédité avec le distingué professeur Binod Khadria, professeur à l’Université Jawaharlal Nehru en Inde ». Elle indique ensuite : « Afin d’assurer que WMR 2020 apporte une contribution de haute qualité comme un rapport de référence important sur la migration, le projet de rapport a été examiné par des pairs par des universitaires et des spécialistes des migrations thématiques OIM avant la finalisation. » 

L’autre particularité de cette édition 2020 est sa disponibilité en version numérique téléchargeable gratuitement en anglais et en espagnol en attendant sa disponibilité dans d’autres langues.

Le but d’une telle initiative est de donner l’opportunité aux « lecteurs du monde entier, y compris les décideurs, les universitaires, les praticiens des migrations, les journalistes, les étudiants et le grand public » de l’exploiter à leur guise, précise le communiqué.

Selon l’OIM, ce rapport 2020 permettra une compréhension globale de la migration mondiale

 Selon Jacqueline Bhabha, professeure à l’Université de Harvard, « plusieurs chapitres du rapport sont parfaits pour initier mes étudiants à de nouveaux sujets. Le rapport est très bien écrit et joliment étudié. » 

« Alors que la migration continue de susciter un vif intérêt, explique-t-on dans le communiqué de presse, le WMR 2020 est essentiel pour répondre à la demande croissante de recherches de haute qualité, fondée sur des preuves, tout en contribuant à dissiper les “fausses informations” et les informations erronées conçues pour influencer le public et le discours politique ». 

F. TOGOLA

Source : LE PAYS

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *