MEDIASSOCIETE

21e session ordinaire du Conseil d’administration de l’ANAM : 3 422 731 bénéficiaires immatriculés au RAMED de 2011 à 2023

L’Agence Nationale d’Assistance Médicale (ANAM) a tenu, le jeudi 11 janvier 2024, dans ses locaux, la 21e session ordinaire de son conseil d’Administration. Une occasion pour les administrateurs de faire le bilan de l’exercice 2023 parallèlement aux perspectives pour 2024. On note 3 422 731 bénéficiaires immatriculés au RAMED de 2011 à 2023 soit 215 922 en 2023. C’était sous la présidence du secrétaire général du ministère de la santé et du développement social, Dr Abdoulaye Guindo.

Créée depuis 2009 avec pour objectif d’assurer la prise en charge médicale des indigents et des admis de droit, sans contribution aucune de leur part, l’Agence Nationale d’Assistance Médicale (ANAM) a tenu la 21e session ordinaire de son conseil d’Administration le jeudi 11 janvier 2024. Dans l’ordre du jour figurait, entre autres, le Procès-verbal de la 20eme session du Conseil d’Administration ; le Point de l’exécution des recommandations de la 20eme session ordinaire ; l’examen et l’adoption du rapport d’activités au 31 décembre 2023 ; l’examen et l’adoption de l’exécution du budget au 31 décembre 2023 ; l’examen et l’adoption du projet de budget et du plan de travail 2024 ; le contrat d’objectifs et de moyens ; le compte de gestion au titre des exercices 2020,2021 et 2022 et divers.

Placée sous la présidence du ministre de la santé et du dialogue social, son représentant, Dr Abdoulaye Guindo, non moins secrétaire général du département n’a pas manqué de saluer, au nom des plus hautes autorités du pays, les efforts de l’ensemble du personnel pour l’atteinte des résultats probants.

En effet, il a rappelé que le régime d’assistance médicale s’inscrit en droite ligne avec la volonté manifeste des plus hautes autorités de la transition de mettre le malien au cœur des actions du gouvernement.

Il faut noter que le Régime d’Assistance Médicale (RAMED) est l’un des dispositifs du gouvernement de la République du Mali pour améliorer l’accès de toute la population, sans distinction aucune, aux soins de santé. Ainsi après l’Assurance Maladie obligatoire qui porte assistance à certaines couches à revenue moyenne, le Régime d’Assistance Médicale (RAMED) est exclusivement destiné aux démunis/plus pauvres ainsi qu’aux admis de droit, afin de les permettre l’accès aux soins de santé, sans contribution aucune de leur part.

Pour Dr Abdoulaye Guindo, représentant le ministre Assa Badiallo TOURE, la prise en charge médicale complète de Madame Maïmouna SANOGO, amputée de ses deux bras du fait de violences conjugales dont il a lui-même pris part à la remise officielle de son récépissé d’immatriculation au RAMED au Premier ministre, en est une illustration parfaite de cette volonté solidaire des plus hautes autorités du pays.

Ainsi tout comme Maïmouna SANOGO, l’ANAM a immatriculé 215 922 personnes dont 31 735 ont bénéficié de prises en charge médicales totales et gratuites, au titre de l’année 2023. Cela sur sur une prévision de 3 000 000, soit un taux de réalisation annuelle de 7, 19%.

Selon les statistiques, le cumul de 2011 à 2023, fait état de 3 422 731 bénéficiaires immatriculés au Ramed avec près de 423 570 bénéficiaires pris en charge.

Toutefois, la vision de l’Etat du Mali est centrée sur une couverture médicale universelle à travers l’Assurance Maladie Universelle (RAMU) déjà en gestation. Toujours sous la coupole de l’ANAM, Dr Guindo indique que ces chiffres susmentionnés montrent à suffisance, « le rôle éminemment capital de l’ANAM dans la gestion future du système non contributif en sa qualité d’Organisme Gestionnaire Délégué du Régime d’Assurance Maladie Universelle (RAMU) en gestation au Mali».

Des résultats obtenus grâce à certaines grandes innovations telles que la création d’un service de recouvrement qui a permis, selon le représentant du ministre, de booster de manière significative, la mobilisation des contributions des collectivités territoriales,  passant  de moins de 50 Millions pour les douze dernières années cumulées à près de 200 Millions pour la seule année 2023.

Une occasion mise à profit par les administrateurs   pour saluer l’ensemble  des partenaires de l’ANAM, plus particulièrement le PACSU, l’Ambassade de Chine, l’UNICEF et bien d’autres sur le plan national et international dont l’accompagnement a contribué, selon lui, à la réalisation des résultats énumérés plus haut.

Dans les perspectives, le Plan de Travail 2024 de l’ANAM s’inscrit dans la dynamique de trouver des solutions concrètes et durables aux difficultés persistantes, telles que la problématique d’un financement adéquat, (le poids de la dette antérieure, le faible effectif de ses ressources humaines, sa non déconcentration et le problème crucial de siège pour la Direction Générale, etc).

Ce plan de travail est soutenu par un budget équilibré en recettes et en dépenses à la somme 2 989 000 000 FCFA, contre 3 000 000 000 F CFA en 2023, soit une diminution de 0,36%.

Issa Djiguiba

Source : LE PAYS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.