MEDIAS

33 terroristes neutralisés au Mali par Barkhane et deux otages libérés

En visite en Côte d’Ivoire depuis le vendredi soir, le président français Emmanuel Macron a annoncé la neutralisation d’un nombre important de djihadistes dans la région de Mopti ce samedi 21 décembre 2019, dans la matinée. Les conclusions de la rencontre de Pau se précisent.

Après l’expression de sa volonté de poursuivre ses actions militaires dans le Sahel, le locataire de l’Élysée a annoncé ce samedi matin, lors d’un discours devant la communauté française en Côte d’Ivoire, la « neutralisation » de 33 djihadistes par la force française Barkhane. Cette opération a également permis la libération de deux gendarmes maliens qui étaient retenus en otage par des djihadistes.

Selon Emmanuel Macron, « Ce succès considérable, c’est l’engagement de nos forces, c’est le soutien que nous apportons au Mali, à la région et à notre propre sécurité ». Faisant sûrement référence à la mort des 13 militaires français au Mali en fin novembre au Mali suite à une collision entre deux hélicoptères, le chef d’État français a indiqué dans son discours : « Nous avons eu des pertes, nous avons aussi des victoires ce matin grâce à l’engagement de nos soldats et de l’opération Barkhane ».

À lire aussi : INTERVENTION MILITAIRE AU SAHEL : « Ce qui fait la force de nos ennemis, c’est la faiblesse de l’État malien »

Selon Médiapart, quotidien français, « L’EMA [l’Etat major des armées] a ajouté qu’il s’agissait d’une opération “d’opportunité” dans la nuit du 20 au 21 dans la forêt de Ouagadou, près de la frontière avec la Mauritanie, à 150 kilomètres au nord-ouest de la ville de Mopti, notant que c’était la zone d’action de la Katiba Macina, groupe lié à Al Qaïda. »

Cette « réussite » intervient au lendemain de la clarification faite par le président français, lors de son dîner avec ses militaires en Côte d’Ivoire, sur la continuation de son intervention militaire dans la région du Sahel.

En effet, à quelques encablures de la tenue de la rencontre de Pau entre les chefs d’État du G5 Sahel et Macron pour mieux clarifier la coopération militaire entre la France et ces pays, où des voix se hissent pour demander le départ de l’armée française de leur terre, le locataire de l’Élysée a exprimé sa volonté de poursuivre son combat dans cette région. « À cet instant, avec nos Forces françaises en Côte d’Ivoire, j’ai une pensée pour nos 13 soldats tombés en opération le 25 novembre dernier. Un lourd tribut pour la France. Mais nous continuerons. Nous continuerons à lutter contre les terroristes djihadistes avec nos partenaires », a-t-il écrit sur son compte twitter.

À lire aussi : Continuité de l’action militaire de la France au Sahel : En Côte d’Ivoire, Macron clarifie sa position

La coïncidence entre cette détermination de Macron et cette neutralisation de djihadistes est assez palpable et aurait raison de soulever des interrogations sur la sincérité de la coopération entre la France et ces pays du Sahel.

À chaque fois que des manifestations se multiplient pour demander le départ de la France, ce pays trouve des moyens pour prouver la nécessité de son intervention. Fin novembre 2018, on se rappelle de la polémique autour de la mort du chef de la Katiba Macina, Amadoun Kouffa. Cette annonce avait été faite par Florence Parly, ministre française des armées lors d’une de ses visites au Mali. Pourtant, pendant cette période, les citoyens maliens ne demandaient que le départ des militaires français. Cette annonce, bien qu’étant démentie après à travers la publication d’une vidéo, a su calmer les rues maliennes pendant quelques mois.

Ce nouveau coup de force vient à un moment donné où tous les regards restent rivés sur la rencontre de Pau prévu pour le 13 janvier prochain où Emmanuel Macron recevra les chefs d’État du G5 Sahel afin que ceux-ci clarifient leur position par rapport à l’intervention des forces armées françaises dans cette région.

À lire aussi : Recrudescence des attaques terroristes : Les pays côtiers risquent d’avoir leur dose en 2020

Ce nouveau « succès » au Mali, dans une zone où les violences vont rage, laissera-t-il assez de marges de manœuvre aux dirigeants de ces pays, en proie aux attaques terroristes de plus en plus meurtrières, lors des discussions à Pau ? Les prochains jours nous permettront de voir clair dans cette situation.

Fousseni TOGOLA

Une réflexion sur “33 terroristes neutralisés au Mali par Barkhane et deux otages libérés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.