ECO & FINANCE

Amélioration de la gestion des finances publiques : Le CGSP maintient la sentinelle !

Au Palais des Sports, le lundi 19 septembre, s’est tenue la journée d’échange, d’information et de sensibilisation d’audit de performance.  C’était organisé par le Programme de Gouvernance Locale et le Cadre de Concertation en collaboration avec le Contrôle Général des Services Publics(CGSP). La cérémonie d’ouverture des travaux a enregistré la présence de la cheffe dudit programme, Mme Diarra Zeïnab N’Diaye et du chargé des Investigations du CGSP, Cheickina Kamissoko.

Faut-il souligner que le Contrôle Général des Services Publics (CGSP) est un service central créé en 2000 et placé sous l’autorité du Premier ministre, en remplacement du Contrôle Général d’Etat. En effet, le Contrôle Général d’Etat, qui a succédé à l’Inspection Générale de l’Administration et l’Inspection des Affaires Administratives, a existé d’octobre 1968 à décembre 1969, et de juin 1978 à septembre 2000 avec une évolution dans son organisation.

Dans son intervention, M. Kamissoko, a souligné que le Contrôle Général des Services Publics a comme vision, un contrôle performant et harmonisé, qui favorise la bonne gouvernance tout en assurant la fourniture de bons services aux citoyens.

Après avoir cité les valeurs du Contrôle Général des Services Publics, que sont l’intégrité, l’impartialité, l’indépendance et la discrétion, il a levé le voile sur le champ d’intervention de cette structure stratégique dans le cadre de la bonne gouvernance au Mali.

D’après lui, le Contrôle Général des Services Publics, touche à toutes les structures qui font appel directement ou indirectement au concours financier de l’Etat et des Collectivités. Il s’agit pour cette structure, dit-il, de rechercher d’éventuelles pratiques de corruption ou de délinquance économique ou financière dans les services et organismes contrôlés.

Plus loin, M. Kamissoko dira que le CGSP, est dirigé par un Contrôleur Général, assisté d’un Contrôleur Général Adjoint et deux départements. Le Département des Audits, explique-t-il, est chargé de veiller à l’application et la bonne exécution des lois et règlements, à l’utilisation rationnelle des ressources matérielles, humaines et financières misent à la disposition des départements ministériels.

De façon spécifique, il a noté que le Département des Investigations, est chargé de mener des enquêtes, des missions d’information et de vérification se rapportant à des pratiques de corruption et autres formes de délinquances économiques et financières.

Selon lui, le CGSP réalise par an une quarantaine de missions de vérification de conformité, d’audit de performance et de suivi de la mise en œuvre des recommandations. « A l’analyse de la situation de mise en œuvre des recommandations, il ressort que 68% d’entre elles ont été entièrement exécutées, 14 % sont en cours de réalisation et 28% et n’ont connu aucun début d’exécution » a-t-il déclaré.

De son côté, la responsable du programme Mme N’Diaye a précisé que le programme d’audit de performance a demeuré en mai 2016 et qu’il est constitué de trois composantes. Il s’agit dit-elle, du renforcement des capacités de l’ensemble de la structure financière du Mali, de l’amélioration de la gestion des finances publiques, et de la communication entre Etat et les services publics.

Par Fatoumata Coulibaly

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.