Arcanes politiques : Malaise dans des composantes du M5-RFP

Le M5-RFP, même s’il n’est pas mort comme l’a dit Issa Kaou Djim et Nouhoum Sarr, il est malade et sa situation est très critique. Au-delà même du M5-RFP en tant qu’entité, beaucoup de ses composantes connaissent des divisions en leur sein. C’est le cas de la CMAS et de l’EMK.

Mohamed Salia Touré, Hamandoun Touré, Mohamed Coulibaly sont les trois membres du gouvernement de la transition issus de certaines composantes du M5-RFP. Deux de ces trois nouveaux ministres : Hamandoun Touré et Mohamed Coulibaly sont membres de l’EMK et Mohamed Salia Touré, lui, est membre de la CMAS, toutes composantes du M5. Ces nouveaux ministres ont-ils été mandatés par le mouvement hétéroclite pour participer dans le gouvernement de transition ? Non, selon Dr Choguel Kokalla Maiga, président des séances du M5-RFP. Ont-ils été mandatés par leur organisation respective ? Difficile de trancher.

En effet, la CMAS de l’imam Mahmoud Dicko et l’EMK sont les deux composantes du M5-RFP qui sont les plus divisées en leur sein sur la gestion de la transition.

D’abord, dans la CMAS de l’imam Dicko, la division a été consommée depuis les concertations nationales. A cette époque, certains de ses membres comme les Issa Kaou Djim étaient pour les militaires, d’autres comme les Imam Oumarou Diarra étaient restés fidèles au M5. La situation n’a pas évolué. La plaie devient encore plus béante. La participation dans le gouvernement a plus divisé cette organisation, même si la guerre n’est pas ouverte à la place publique. En effet, Mohamed Salia Touré, une des têtes pensantes de la CMAS est entrée dans le gouvernement. Il n’a pas été mandaté par le M5, selon Choguel. A-t-il été nommé pour représenter la CMAS ? Oui, certainement, mais pas toute la CMAS ; il représente juste une partie. La preuve : l’imam Oumarou Diarra, un membre influent de la CMAS, est du côté du comité stratégique du M5-RFP qui nie avoir un représentant dans le gouvernement. Cela montre que même si le ministre Salia a été proposé par la CMAS, lui, il n’est pas consentant. La division est donc là, visible.

A l’EMK, le même scénario se passe. Sur la page Facebook de l’organisation, on félicite les deux ministres, Hamandoun Touré et Mohamed Coulibaly, pour leur nomination. Mais l’EMK en tant qu’entité est du côté du M5-RFP. « Ces deux personnalités étaient de l’EMK. Ils ne sont pas ministres au nom de l’EMK », nous confie un responsable de ce groupement qui était l’aile dure du M5 contre le régime IBK. Selon ce dernier, les différentes composantes de l’EMK, ses leaders sont avec le M5 dans sa décision. Or, ces deux nouveaux ministres s’envolent avec certains de leurs proches au niveau de l’EMK.

Nouhoum Sarr, un membre du FSD, avait aussi annoncé la mort du M5-RFP. Est-il toujours sur sa position. On ne saurait le dire pour le moment.

Boureima Guindo

Source : LE PAYS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *