MEDIAS

Autonomisation des femmes au Sahel : Swedd se fixe l’objectif d’accompagner 35 000 filles et femmes à avoir un revenu stable et 200 000 autres en matière de la scolarisation accélérée et du maintien à l’école

Le projet Autonomisation des femmes et dividende démographique au Sahel (PAFDDS/SWEDD) a tenu, le vendredi 24 novembre 2023, sa réunion annuelle du comité national de pilotage sous la présidence du ministère de l’urbanisme, de l’habitat, des domaines, de l’aménagement du territoire et de la population. Pour cette 8e session du genre, le comité de pilotage a examiné et validé le bilan 2023, ainsi que le projet du Plan de Travail et de Budget Annuel (PТВА-2024). Des recommandations ont été également formulées pour le renforcement et l’élargissement de la mission. Plus de 35 000 filles et femmes à accompagner pour avoir des revenus et 200 000 autres en matière de la scolarisation accélérée « la passerelle » et le maintien à l’école. Un défi important à relever pour l’Unité de Coordination du projet.

Avec pour objectif de renforcer le niveau d’autonomisation des femmes et des adolescentes pour accélérer la transition démographique et la croissance économique et, par ricochet, les conditions d’accélération de la capture du dividende démographique dans la région du Sahel, le Gouvernement de la République du Mali, a signé le 03 avril 2015 avec la Banque mondiale, l’Accord de financement pour la mise en œuvre du Projet « Autonomisation des Femmes et Dividende Démographique au Sahel ».

2024 consacrera donc la dernière année d’exécution de cette deuxième phase du projet PAFDDS/SWEDD après le succès de la première phase mise en œuvre de 2015-2020, dans neuf pays du sahel (Bénin, Burkina-Faso, Cameroun, Côte d’ivoire, Guinée, Mali, Mauritanie, Niger et le Tchad).  Ainsi à la fin de chaque exercice annuel, le comité de pilotage du projet Autonomisation des femmes et dividende démographique au Sahel se réuni pour faire l’état des activités et en même temps les perspectives pour la nouvelle.

Au terme de ces travaux de la 8e édition tenue le 24 novembre 2023, le comité de pilotage  s’est réjoui des résultats très promoteurs de près de 93% des activités, selon le coordinateur national Swedd, M. Moussa Sidibé notamment sur des questions de scolarisation des filles, d’opportunités économiques pour les filles et les femmes, de renforcement des compétences de vie, d’amélioration de la chaîne d’approvisionnement en médicaments, de renforcement de la capacité nationale en matière de politique nationale favorable à la capture du dividende démocratique entre autres.  « Au regard des tendances des différents indicateurs, on a la certitude d’atteindre l’ensemble de nos indicateurs avec des niveaux d’exécution très honorables du point de vue budgétaire et des activités » a soutenu, le coordinateur général.

Une prouesse sans doute obtenue grâce au projet pilote dénommé « initiative régionale et apprentissage en matière de genre »: G.I.R.L avec la Banque mondiale pour produire des évidences sur les stratégies d’autonomisation des filles et des adolescentes ayant permis de passer à échelle les interventions du projet au plan géographique et d’accroitre le volume des bénéficiaires dans quinze (15) régions du Mali à savoir : Kayes, Kita, Nioro, Koulikoro, Dioila, Nara, Sikasso, Bougouni, Koutiala, Ségou, San, Mopti, Bandiagara, Gao, Tombouctou et la périphérie de Bamako pour un total de 30 cercles, 210 communes et plus de 1 300 villages avec plus d’un million de bénéficiaires.

Par ailleurs, il convient de rappeler que l’année 2023, la 3ème année consécutive de mise en œuvre de cette phase, a été marquée par la rupture du financement de l’Agence Française de Développement (AFD) suite à la détérioration des rapports de coopération entre le Mali et les partenaires étrangers. Selon le président du comité de pilotage, M. Amadou Maïga, Cette situation s’est d’ailleurs soldée par un manque à gagner pour le SWEDD d’un montant de Trois milliard Huit cent treize millions cinq cent quatre-vingt-un mille sept cent cinquante-deux francs (3 813 581 752) FCFA, représentant 58% des fonds initialement prévus dans la convention avec l’AFD et selon lui, Ce manque à gagner à des répercussions sur les ambitions initiales de programmation et de mise en œuvre des activités du projet.

Etaient présents à cette réunion l’ensemble des membres du comité national de pilotage, à savoir le ministère de l’économie et des finances, le ministère de l’éducation nationale, le ministère de la santé et du développement social, le ministère de la promotion de la femme, de l’enfant et de la famille ainsi que les points focaux des ministères partenaires ainsi que les ONG qui assurent la mise en œuvre efficace des interventions du projet. Le comité national de pilotage, a, à cette occasion formulée des recommandations pour la consolidation, le renforcement et l’élargissement de sa mission auprès des cibles.

Issa Djiguiba

Source : LE PAYS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.