SOCIETE

Bombardements des camps de Danna Ambassagou et désarmement « arbitraire » des chasseurs : Koro dit « non » !

Les populations de Koro ont marché hier, lundi 16 septembre 2019, du monument à la préfecture du cercle. Objectif : dénoncer les attaques barbares contre les populations civiles ; les bombardements des camps de Danna Ambassagou ; et  le désarmement « arbitraire » des chasseurs

Les populations de la partie exondée de la région de Mopti se mobilisent derrière le groupe d’autodéfense Danna Ambassagou dont les camps sont en train d’être bombardés. Les marches de soutiens à ces chasseurs  se tiennent chaque semaine depuis le depuis de ce mois.

Les populations de Koro étaient encore dans les rues hier, lundi 16 septembre 2019, pour réaffirmer leur soutien à la milice de Youssouf Toloba. Du monument à la préfecture du cercle, les Korois ont adressé leurs messages clairs aux gouvernants. « Nous voulons la sécurité » ; « Nous voulons la paix » ; « Les Dogons ne sont pas méchants » ; « Vive Danna Ambassagou », scandaient-ils. La colère des marcheurs se fait comprendre à travers leurs propos. Ils ne font pas de cadeau au régime IBK. A entendre leurs propos, les populations du pays dogon se sentent abandonnées par l’Etat.

Selon Yaya Bamadio que nous avons joint au téléphone,  la population de Koro soutiendra jusqu’au dernier degré le mouvement Danna Ambassagou qui, selon lui, assure la sécurité des personnes et leurs biens. Parlant des objectifs de la marche, M. Bamadio précise : « Nous protestons contre les bombardements des camps de Danna Ambassagou. Nous nous opposons au désarmement arbitraire de nos chasseurs. Nous dénonçons les multiples attaques contre les populations civiles ».Le porte-parole du Mouvement patriotique pour la paix au pays dogon trouve que l’Etat n’est pas juste dans le désarmement. Il estime que seuls les chasseurs de Danna Ambassagou sont désarmés « arbitrairement » par l’Etat pendant que les autres forces  sèment la terreur chez les populations civiles.

Dans sa  déclaration, Yaya Bamadio déplore l’aggravation de  la situation sécuritaire au pays dogon malgré les efforts qu’ils ont déployés. Pour lui, la dernière de ces multiples attaques a eu lieu le 8 septembre. Ce jour-là,  précise-t-il,  un bus a été attaqués sur la RN15, les occupants  ont été assassinés et brulés. « A Koro, le 2 septembre, 2 hommes ont été tués à Mantereou et 2 autres ont été blessés avant d’être évacués à Sévaré », déplore-t-il.  Ce n’est pas tout, 2 jours plus tard, 209 caprins, 11 chameaux ont été, selon Yaya Bamadio, enlevés à Gomso Barouwa dans la commune rurale de Koro. Aussi, a-t-il déploré les dégâts matériels et humains causés par les forces du mal dans les cercles de Bankass et Bandiagara. Malgré ces attaques, Yaya Bamadio affirme qu’ils ne peuvent pas comprendre les bombardements des camps de Danna Ambassagou. « Le mouvement patriotique pour la paix au pays dogon interpelle l’Etat sur la situation grave et de plus en plus insupportable pour nos populations face à ces bombardements ciblés, mais surtout injustifiés des camps de Danna Ambassagou », a déclaré le premier responsable du mouvement à Koro. Ce qui est inadmissible pour les marcheurs, l’Etat, au lieu de jouer son rôle de  sécurisation des personnes et leurs biens, « se dresse contre les chasseurs qui demeurent les seuls espoirs des  communautés face aux agressions meurtrières ». Les marcheurs de Koro ont aussi de dénoncé « l’inactivisme » de l’armée malienne qu’ils qualifient de « complicité » face à la dégradation de la situation sécuritaire. Ils réclament ainsi le retour sans délai des déplacés et la démission du premier ministre.

Il faut préciser que la marche d’hier est la 2ème à Koro depuis le début de ce mois.

Boureima Guindo

Source : LE PAYS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.