Burkina Faso : un mémorial érigé pour immortaliser le combat de Thomas Sankara

Afin de rappeler aux générations actuelles et futures le lieu où un révolutionnaire de la trempe de Thomas Sankara est tombé, le Burkina Faso a fait construire un Mémorial où, il y a peu, les restes de l’illustre ont été enterrés avec toutes les honneurs et le rituel des Ancêtres.

Le nouvel édifice Mémorial est aussi le lieu où s’est déroulée la tragédie de l’assassinat de Tomas Sankara. Selon le guide des visiteurs, Thomas Sankara et quelques autres camarades étaient en réunion lorsque soudain des rafales de balles retentissent dehors. Pour savoir qui les visait, Tomas Sankara sortit de la salle les mains en l’air. Dès qu’il eut mis les pieds dehors les assaillants l’ont abattu et il tomba par terre avant de rendre l’âme. Les autres connurent le même sort. En effet, les concepteurs du monument ont voulu rappeler cet évènement tragique comme dans un film. Et nous y sommes !

Construite à l’entrée du siège du Conseil de l’entente, le mémorial forme un ensemble. Les statuts des compagnons, assassinés le même jour, se trouvent un peu à l’arrière. Puis un socle massif au-dessus duquel, le capitaine, le poing levé. On perçoit son béret de militaire combatif, prêt pour tous les combats. Selon les statistiques du guide, l’œuvre s’élève à une hauteur de 5m et couverte de près de 800 tonnes de bronze.

Pour rappel, l’homme est né le 21 décembre 1949 à Yako (150 km de Ouagadougou). Il a trouvé la mort le 15 octobre 1987 alors qu’il était le président du tout nouveau Burkina Faso, avec 12 de ses compagnons dont des chauffeurs, des gardes du corps. Ses actions et ses discours montrent un révolutionnaire hors-pair, un anti-impérialiste, un écologiste et à tout point de vue, un panafricaniste de la trempe des Lumumba, Sékou Touré et autres.

La réalisation de ce mémorial a coûté 150 millions à l’état burkinabe. Il est prévu la construction d’autres locaux autour de l’espace mais aussi la plantation d’arbres, une bibliothèque dans laquelle on trouvera les écrits sur l’homme ainsi qu’une même une piscine comme explique le guide « l’eau est source de vie ». Pour la réalisation de ce projet, les burkinabe, les visiteurs ainsi que toutes les personnes généreuses sont invités à apporter leurs contributions.

Le mémorial rappelle les dimensions humaines et visionnaires de Thomas Sankara et de ses compagnons. Il est une icône pour certains, idole pour d’autres. Un exemple de la voie à suivre vers la libération de l’Afrique, un exemple de courage à suivre pour les jeunesses.

Zeïnabou Doumbia avec Alexis Dembele, Ucao-Uuba

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.