POINT DE VUE

Ce que je pense : Du sommet extraordinaire de la CEDEAO sur la crise malienne

Au soir du renversement du président Ibrahim Boubacar Keita par la junte militaire de Kati,  lundi 18 août 2020, la  Communauté Economique des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO)  avait annoncé des mesures fortes contre la junte et leurs collaborateurs au cas où ces derniers ne reviennent pas à l’ordre constitutionnel. Ce jeudi encore,  les chefs d’état de la zone CEDEAO se sont penchés en sommet extraordinaire convoqué de toute urgence sur la situation politique au Mali par le président en exercice de la CEDEAO.  Ce sommet extraordinaire comme l’a souligné le président nigérien dans son allocution, visait à  examiner les différentes mesures annoncées et le cas échéant les complèter dans la perspective d’un retour rapide à l’ordre constitutionnel conformément  au Protocole Additionnel sur la bonne gouvernance et la démocratie dans l’espace CEDEAO. Un   bras de fer entre la junte militaire et l’organisation sous régionale semble désormais inévitable. Si en 2012, les mutins ont facilement cédé avant de se faire prendre au piège, cette fois ci, ils céderont pas facilement et ça saute à l’œil. Le durcissement de ton pourrait avoir des conséquences de part et d’autres mais la partie malienne a le  plus à perdre. Un Etat totalement enclavé où l’insécurité règne en maître absolu au Nord et au centre, aggravée par la pandémie de la Covid19 doit craindre un isolement qui causerait des dommages insupportables. Pour épargner une nouvelle crise, la junte doit sérieusement négocier un dénouement pacifique. 

Amadingué Sagara

Source : LE PAYS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.