Covid-19 au Mali : les autorités sanitaires alertent sur l’explosion des cas positifs

Mardi 13 septembre 2022, la salle de conférence du ministère de la santé et du Développement social a servi de cadre pour un point de presse animé par les spécialistes de la santé.  Un point de presse qui avait pour objectif de prévenir sur les remontées des cas de Covid-19 au Mali.

Ce point de presse organisé par le département de la Santé et du Développement social s’est déroulé en présence de M. Hamadoun Dicko, conseiller technique au ministère de la Santé et du Développement social, du Pr Daouda Kassoum Minta, membre du comité scientifique, et du Dr Cheick Tidiane Traoré, directeur général de la santé et de l’hygiène publique.

En effet, depuis quelques semaines, on assiste à une explosion de cas de la Covid-19 au Mali et cela, depuis le 30 aout 2022. Pas plus tard que le 09 septembre, il y avait 119 cas sur 935, tests réalisés.

Cette explosion de cas de Covid-19 peut s’expliquer par plusieurs facteurs, à en croire les spécialistes de la santé.

Hamadoun Dicko, conseiller technique au ministère de la Santé et du Développement social, indique que le délaissement des mesures barrières, le laisser-aller qui est autorisé au niveau des aéroports sont des facteurs qui ont favorisé cette situation.

Selon Pr Daouda Kassoum Minta, le comité scientifique, au regard de l’augmentation des cas de Ccovid-19 au Mali, s’est posé beaucoup de questions, car pour lui, le Mali était arrivé à un moment où la pandémie semblait être maitrisée.

« Après analyse, il ressort qu’il existe des clusters dans la communauté chez des sujets asymptomatiques et aussi la saison que nous vivons est un moment favorable pour le virus ; cela ajouté aux attroupements pendant les vacances. Voilà les facteurs de propagation du virus à laquelle nous assistons aujourd’hui », relate le Pr Minta. Pour lui, cette augmentation des cas de Covid-19 est liée aussi à la non-adhésion de la plupart des cibles à la vaccination.

Le Dr Cheick Tidiane Traoré, directeur général de la santé et de l’hygiène publique, a laissé entendre qu’il y a certes beaucoup de cas de Covid-19 de par le monde, mais pour le Mali ça pourrait être maitrisée à travers la communication, la sensibilisation et l’adhésion à la vaccination.

« Aujourd’hui, nous avons la chance que la majorité des cas soit pauvre en symptôme. Mais qu’à cela ne tienne, il y’a la nécessité de continuer de faire la vaccination pour non seulement se protéger, mais aussi contribuer à l’atteinte de l’immunité collective qui est de vacciner 70% de la population d’ici décembre », a souligné le Dr Cheick Tidiane Traoré.

Rappelons que conforment à la dynamique de l’Etat de pouvoir vacciner 70% des personnes cible d’ici à décembre 2022 pour atteindre l’immunité collective, seuls 18% des personnes cible sont vaccinées, soit près d’un million sept cent mille et quelques complètement vaccinés et près de cinq cent mille personnes qui sont incomplètement vaccinées. Un taux très faible par rapport à ce que souhaite l’Etat, alors que les informations reçues laissent entendre que si l’immunité collective n’est pas atteinte il y aurait moins de chance de pouvoir protéger la population contre la Covid-19.

Notons qu’à ce jour 456 personnes sont atteintes de la Covid-19, et seulement 5 personnes sur ces 456 sont à l’hôpital pour des soins. Ces personnes atteintes sont soit non vaccinées, soit complètement vaccinées. Raison de plus pour inciter les personnes cible à se faire vacciner. Surtout que maintenant, le Mali dispose de plus de 2 milliards de vaccins grâce à l’initiative Covax et aux relations bilatérales.

Tioumbè Adeline Tolofoudié

Source : LE PAYS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.