SOCIETE

Direction régionale des Eaux et forêt de Kayes : Quand les exploitants forestiers se plaignent du DR Alfousseïny Séméga !

Dans un article paru la semaine dernière dans la majorité de nos kiosques à journaux de la capitale sur le désordre semé par le colonel major Alfousseïny Séméga dans sa gestion du personnel forestier à travers les affectations des agents appuyée le plus souvent par des enveloppes. Tout cela dans les localités de Dialafara à Sébékoro en passant par Kéniéba, kassaro, et Sirakoro. Cette fois, ce fut le tour des exploitants forestiers qui ont fait un passage dans notre rédaction pour s’exprimer sur les rapports déjà détériorés entre la DREF de Kayes et la fédération des exploitants forestiers du Mali. Lisez la suite du dossier.

Il faut d’abord retenir que le service des eaux et forêts du Mali est l’un des plus anciens services de notre pays, créé en 1938. Les mutations dans ce corps para militaire se fait dans le désordre total avec la complicité de certains chefs malintentionnés. Dans la logique de la mutation du service des eaux et forêts, ce sont les directeurs régionaux qui doivent procéder à l’élaboration d’une première liste et cela après avoir murement étudié le parcours des agents et le plan de carrière. Cette liste est ensuite soumise à l’appréciation du directeur national qui à son tour, fait la sélection puis est validée en commun accord avec le gouverneur. Sous une base dont personne ne saurait connaitre. Contacté par téléphone pour recueillir certaines informations, le général Gakou n’a pas voulu nous recevoir. Celui-là même qui, selon ses détracteurs, ne parvient plus à prendre des décisions courageuses depuis un certain moment pour mettre de l’ordre dans le bon fonctionnement de l’organigramme de son service. Face à sa faiblesse, les directeurs régionaux s’adonnent à des pratiques affables. C’est du côté du DR de Kayes que le pire se produit. Lorsque le directeur Alfousseïny Séméga est considéré comme le principal artisan de ce désordre depuis maintenant quelque moment. Un cas un peu plus récent concerne la comédie qui s’est produite dans le district de Bamako, où le chef de cantonnement rive droite fut relevé pendant qu’il était en Tunisie pour des soins de santé. Le plan de carrière étant ignoré au sein du corps des eaux et forêts, les plus anciens ayant servi pendant plus d’une dizaine d’années sont expressément affectés à des postes où ils se retrouvent sous le commandement des plus jeunes souvent moins gradés. Sur cette même lancée, la fédération des exploitants forestiers du Mali a aussi exprimé ses mécontentements. Les responsables de la fédération expliquent que ce n’est pas facile de travailler avec Alfousseïny Séméga. Selon le président de ce regroupement M. Koné, la loi numéro 10-028 de juillet 2010 qui doit faciliter l’exploitation des espaces après une étude de faisabilité du groupe du gage Modibo Coulibaly chargé également de faire les inventaires n’est pas respectée par le DR des eaux et forêts de Kayes. Il a ensuite évoqué un cas parmi plusieurs, il s’agit de celui du cercle de Kita précisément dans les localités de Kassoro et de Sébécoro. Dans ces zones les exploitants forestiers ne parviennent plus à sillonner la brousse pour exploiter les bois d’énergies, il s’agit des bois de chauffe et le charbon de bois. L’exploitation a été suspendue par le colonel major Alfousseïny Séméga qui a retiré le permis d’exploitation aux agents cantonnés dans le cercle de Kita avec comme prétexte que ces espaces n’ont été aménagés, mieux encore qu’ils n’ont pas été la cible d’aucun plan d’aménagement. De nos jours, précisément il y a de cela six mois, cette mesure pénalise les exploitants forestiers, mais aussi fait souffrir une population qui ne vive que les tombées du bois d’énergie après exploitation des forêts. Selon des informations recueillir auprès des proches du DR de Kayes, Alfousseïny séméga justifie cet acte comme une instruction donnée par le gouverneur de la première région administrative de notre pays. Il faut encore noter que plusieurs localités n’ayant de plan d’aménagement sont en train d’être exploités pourquoi une telle mesure pour seul le cercle de Kita.

Correspondance particulière

Source : LE PAYS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.