Duo Assimi-Choguel : Une gouvernance de rupture promise !

Le nouveau premier ministre de la transition a profité d’une rencontre avec la jeunesse du M5-RFP pour promettre au peuple malien une « gouvernance de rupture ». C’était quelques heures après sa confirmation en tant que chef du gouvernement par le président de la Transition, le colonel Assimi Goïta.

Comme le président de la transition, son premier ministre, Dr Choguel Kokalla Maïga rassure ; en tout cas dans son discours. Il fortifie les optimistes dans leur position et rassure les sceptiques quant à la réussite de la Transition. Une gouvernance de rupture, Dr Choguel Kokalla Maïga l’a promis. La restitution de la confiance entre gouvernants et gouvernés aussi.

Le soutien de la population sollicitée pour une transition réussie

Accueilli par une foule composée de la jeunesse M5-RFP en joie, le nouveau premier ministre dit être conscient des défis majeurs qui l’attendent. « Nombreux sont ceux qui pensent que le travail qui a été abattu était le plus difficile. Or, le plus dur commence maintenant », a-t-il fait savoir. Mais il dit être optimiste quant à la réussite de la Transition si lui et le président Assimi Goïta ont le soutien des Maliens. Cette rencontre avec la jeunesse du M5-RFP a été l’occasion pour le premier ministre de la Transition de rappeler au peuple malien l’appel à soutien du colonel Assimi Goïta. « Avant la signature du décret de ma nomination, j’ai beaucoup causé avec le président de la Transition. Il m’a chargé de dire à la jeunesse malienne qu’il compte sur elle ; qu’il compte sur les femmes du Mali ; il qu’il compte sur tous les Maliens. Le peuple est le gilet par balle du Président. Tant que le peuple est là, il va aller au bout du changement », a affirmé le premier ministre Choguel Kokalla Maïga aux jeunes du M5-RFP.

L’inclusivité garantie

« Je suis le premier ministre de tout le Mali, de tous les Maliens. Je dois travailler pour tous les Maliens. On va travailler dans l’inclusion », a déclaré le premier ministre Choguel Kokalla Maïga devant ses militants. Comme le colonel président, son premier ministre promet l’inclusivité à tous les niveaux. « Depuis trois jours, je suis dans les rencontres avec les forces vives de la nation. J’ai rencontré les partis et groupements politiques. Je vais rencontrer les autres couches de la société civile dès que je m’installe », annonce Dr Choguel Kokalla Maïga. Le premier ministre dit être conscient des difficultés qu’ils auront à rencontrer mais est optimiste à la réussite de la transition. « Nous allons rencontrer des puissants vents contraires, nous allons rencontrer des tempêtes de sables qui vont tenter de nous boucher l’horizon, nous allons rencontrer des cercles de feu dans lesquelles nous allons rentrer avec vos soutiens pour traverser et conduire le peuple malien vers des horizons les plus heureux. On ne laisserait personne tomber », estime le patron de la primature.

Une gouvernance de rupture promise

Les choses ne seront plus comme avant dans les 9 mois à venir. La gouvernance au Mali ne sera pas comme avant. Elle sera une gouvernance que réclame les Maliens. C’est en tout ce qu’a promis le premier ministre de la Transition. « Nous allons faire une transition où il y aura une gouvernance de rupture, une gouvernance par l’exemple. Le président a donné le ton aujourd’hui (Lundi). Il a posé les jalons de la rupture totale. Dans tous les domaines, on va faire une rupture positive dans l’intérêt des Maliens. Nous allons donner l’exemple », s’est engagé Dr Choguel Kokalla Maïga. Le peuple sera régulièrement informé de l’action du gouvernement de la Transition, à en croire le PM. « Je viendrais régulièrement faire le compte rendu au peuple malien dans les médias. Les intentions du président et du gouvernement seront expliquées aux Maliens. C’est une équipe qui va sortir le Mali de l’ornière, qui va donner confiance aux Maliens. On restituer la confiance aux Maliens. Nous voulons réhabiliter la politique, réhabiliter l’homme politique, réhabiliter l’action politique », a déclaré le chef du gouvernement de la Transition.

Boureima Guindo

Source : LE PAYS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *