ECO & FINANCEMEDIAS

Forum national pour la relance économique : « la souveraineté du Mali est endossée à un développement endogène »

Les recommandations du forum national pour la relance économique du Mali tenu, du 30 au 31 mars 2023 ont été présentées au président de la transition, le col. Assimi Goïta, le lundi 8 janvier 2024 à Koulouba. Les acteurs de cette réflexion fondent le grand espoir que celui dont le leadership a permis de redonner un nouveau Cap au Mali puisse considérer ces recommandations parmi les siennes pour faire du Mali un pays émergent.

Depuis près d’une décennie, les réflexions sur le développement économique sont une tradition au Mali. C’est dans ce cadre que la capitale des Balanzan (Ségou) a abrité du 30 au 31 mars 2023, le forum national pour la relance économique, avec pour objectif de faire du Mali un pays émergent, endossé à un développement endogène. Malgré la régularité de ce cadre d’échanges, ses recommandations sont rarement accompagnées, selon certains exposés de la présentation du rapport de la rencontre de Ségou, d’une vraie volonté politique. C’est pourquoi, le contexte actuel de refondation de l’Etat a renouvelé l’engagement des acteurs de l’économie pour enfin asseoir les bases d’un Mali émergent. Tout en remerciement les efforts en cours dans le domaine de la défense d’autant plus qu’il n’y a point de développement sans sécurité, les participants du forum national pour la relance économique ont souligné que la souveraineté est endossée à un développement économique endogène.

Ainsi, à l’instar des précédentes rencontres du genre, les questions cruciales de sortir le Mali de l’agriculture vivrière pour une agriculture industrielle, la promotion des produits locaux, une bonne politique d’accompagnement du secteur privé, le développement du secteur minier, entre autres, occupent une place de choix parmi les recommandations. Le renforcement des ressources humaines dans tous les secteurs économiques n’a également pas été écarté.

En sa qualité d’acteur majeur de l’économie au Mali, le président de la Chambre de commerce et d’industrie, M. Mandjou Sympara a estimé que le Mali n’aura plus besoin d’autres pays pour son déversement, si toutefois, ses recommandations sont prises en compte par les décideurs.

Au-delàs des recommandations, le rapport pour faciliter son application, a également proposé, en son annexe, des stratégies de mises en œuvre des différentes suggestions.

Du côté du gouvernement, le ministre de l’industrie et du commerce, Moussa Alassane Diallo a d’abord salué le rôle important de ses interlocuteurs (opérateurs) pour le maintien de l’économie malienne lors des sanctions « illégales, illégitimes et inhumaines » de la Cedeao et de l’Uemoa en 2022, pour ensuite rappeler l’engagement du président de la transition, le colonel Assimi Goïta pour la relance de l’économie au Mali. D’ailleurs, ajoute-t-il que le cadre qui les réunit ainsi est une réponse claire de la volonté et de la disponibilité du chef de l’Etat d’accompagner le secteur privé ainsi que le monde des affaires.

Issa Djiguiba

Source : LE PAYS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.