MONDE

Les contestations continuent au Soudan : Bientôt un accord pour la gestion de la transition

Dans la soirée du lundi  dernier,  le dialogue a repris entre  le conseil militaire en transition au Soudan depuis le coup d’État  et l’Alliance pour la Liberté et le Changement (ALC), fer-de-lance de toute la contestation populaire ayant conduit au départ du président Omar El-Béchir. L’objectif est de trouver un accord pour la gestion de la  transition  et  qui est  centré sur le transfert  du pouvoir aux  civils.

Après avoir renversé le pouvoir le 11 avril dernier par une contestation populaire qui est née d’une décision  prise par les autorités  d’augmenter le  prix du pain à une période où le pays vivait une crise économique terrible, le mouvement s’est alors  vite reconverti en contestation du régime  d’Omar El-Béchir en place  qui  avait passé près d’une trentaine d’années à  la tête du Soudan. Après  le départ du président  Béchir du pouvoir, la contestation s’est retournée vers  les militaires  qui assuraient  la transition au  soudanais. Cela dès le 6 avril, des milliers de manifestants campent devant le QG de l’armée à Khartoum pour réclamer le transfert du pouvoir aux  civils, après avoir obtenu le départ de Béchir : « Nous avons insisté sur le fait que le conseil souverain soit présidé par un civil et composé  majoritairement  de civils », a déclaré à l’AFP Satea al-Haj, un membre de l’ALC ayant participé, selon Jeune Afrique, aux négociations. Lors desdites négociations, chacune des deux parties souhaitait prendre la tête et ravir la majorité  des sièges du conseil souverain, indique le Jeune Afrique, une institution clé de la transition qui doit se substituer au conseil militaire pour une période de trois ans avant la tenue des élections.

Un consensus né des précédentes consultations qui se sont déroulées dans une atmosphère « positive » selon Satea al-Haj, malgré les différends sur la présidence et la composition du conseil souverain. Mais les manifestants doutent cette fois-ci de la bonne foi des militaires à rendre la transition aux civils.  « On sent qu’un piège est en train d’être tendu. Un sale jeu politique mené par le conseil militaire », a laissé entendre l’un d’eux, Moustafa Sedik. Et un autre de dire : « Les forces armées ne veulent pas abandonnés le pouvoir facilement et je pense qu’ils ont un plan avec l’ancien régime », s’inquiète, selon Jeune Afrique, Youssef  Mohamed au milieu d’une foule brandissant des drapeaux soudanais et faisant le « V » de la victoire. Selon la même source, le 17 mai, plusieurs pays et organisations internationales, dont les États-Unis, l’Union africaine, l’ONU et l’Union européenne ont appelé à la mise en œuvre d’une transition civile « vraiment dirigée par les civils ». L’émissaire de l’UA pour le soudan, le Mauritanien Mohamed el Hacen Lebatt, a assuré que l’organisation panafricaine soutenait « tout accord entre les forces politiques au Soudan » selon l’agence soudanaise Suna, avant d’ajouter que « l’UA est satisfaite des avancées en cours pour parvenir à un accord » , après sa rencontre avec le général Kabbachi.

ISSA DJIGUIBA

Source : LE PAYS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.