POLITIQUE

PAREM : Plus de 1000 médiateurs électoraux à l’école de l’AMRTPE

Dans le cadre de renforcement des capacités des médiateurs électoraux, l’association malienne pour le relèvement du taux de participation aux élections (AMRTPE) a tenu un atelier de formation des médiateurs électoraux. C’était ce samedi 10 septembre 2022 à la Maison des ainés, sous la présidence du gouverneur du district de Bamako. Les thèmes abordés à cette occasion sont : « la prévention et gestion des conflits électoraux » et « la loi électorale n°2022-019 du 24 juin ».

Inscrite dans la mise en œuvre de son Projet d’appui aux réformes et aux élections au Mali (PAREM) cette formation est destinée à 1200 médiateurs électoraux, selon le président de l’AMRTPE, Bissidi Coulibaly. Le président Bissidi Coulibaly de préciser que l’objectif de cette formation vise à renforcer les capacités des médiateurs électoraux sur la prévention et la gestion des conflits liés aux élections. Aussi, souligne-t-il, elle permettra aux médiateurs de s’approprier la nouvelle loi électorale. Ce qui, affirme-t-il, contribuera à l’organisation des élections générales transparentes, démocratiques, inclusives, apaisées sur toute l’étendue du territoire national.

Cette formation, rassure le président, va doter les médiateurs électoraux des connaissances sur les notions de prévention et gestion des conflits, des concepts de base et des terminologies appropriés sur la violence électorale. De surcroit, elle édifiera les médiateurs électoraux sur les actes de la violence électorale, ainsi que leur rôle et leur comportement dans la prévention, la gestion de la violence électorale. C’est une occasion de montrer également aux médiateurs électoraux comment développer une attitude et une approche constructive et créative à l’égard de la violence électorale, indique Bissidi Coulibaly.

Pour le président, cet atelier de formation renforce également l’analyse des conflits électoraux, les aptitudes et stratégies d’intervention en vue d’une meilleure prise en charge des conflits nés pendant des élections sur le terrain.

Aux dires du président, le médiateur électoral est un concept nouveau au Mali. « C’est une personne physique qui apporte un apaisement juridique réel et partagé, un dénouement heureux consensuel avant, pendant et après les élections », définit-il.

Espérant que le médiateur électoral contribuera à l’apaisement des conflits poste électoraux, le président affirme que ce dernier doit être un artisan de paix et de réconciliation nationale. « Entre les adversaires politiques, lorsqu’un conflit survient, il doit être désormais partie intégrante du processus de paix et de réconciliation nationale et servir de véritable catalyseur pour la paix », proclame-t-il.

Oumar SANOGO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.