MONDE

Prison centrale de Yaoundé, Cameroun : Des forces de l’ordre dépêchées pour calmer les émeutiers

Lundi 22 juillet 2019, la Prison centrale de Yaoundé, capitale du Cameroun a été l’objet d’une violence mutinerie conspirée par les détenus. Par conséquent, des coups de feu ont été entendus et des forces de l’ordre ont été dépêchées pour apaiser la tension.

Menée par des détenus incarcérés dans le cadre de la crise anglophone, la Prison centrale de Yaoundé a été l’objet d’une mutinerie le lundi. Des coups de feu ont, selon les renseignements, retenti à l’intérieur de la Prison centrale  de Yaoundé Kondengui jusqu’aux alentours de minuit. Cela, alors que la mutinerie avait commencé dans l’après-midi. Selon les informations, ce soulèvement a été initié par quelques centaines de prisonniers considérés comme des détenus dans le cadre de la crise anglophone. De ce fait, ceux-ci réclament leur libération. Au-delà de cet aspect, ils demandent selon certaines estimations, la cessation de guerre dans les régions du nord-ouest et du sud-ouest du Cameroun. Ces prisonniers ainsi détenus ont alors été rejoints par d’autres centaines de prisonniers qui dénoncent, eux-aussi,  la lenteur dans les procédures judiciaires, source de la surpopulation carcérale. Nous rappelons que cet établissement pénitentiaire de Yaoundé est connu pour sa surpopulation carcérale. La maitrise de cette situation opposant les détenus aux autorités camerounaises semble être un sérieux problème. En début de soirée, un incendie a été constaté dans le local administratif de cette prison. Où des actes de saccage et de pillage ont été déplorés. Des manifestants, lit-on sur RFI, que certains évaluent à au moins « 1 500 » personnes, exigent ainsi pour seuls interlocuteurs : le ministre de la justice, voire le premier ministre en personne. Vu la délicatesse de la situation, des forces de l’ordre ont été dépêchés sur le terrain pour apaiser les tensions.

Mamadou Diarra

Source : LE PAYS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.