SOCIETE

Retard dans la communication du prix des intrants 2019/2020, Insuffisance d’intrants et distribution des stocks d’insecticides périmés dans certaines localités : Le collectif des producteurs de coton dénonce et menace …

Dans une  lettre adressée au ministre de l’Agriculture en date du 18 août 2019, le collectif des producteurs du coton du Mali a  dénoncé plusieurs irrégularités sur le plan des intrants agricoles dont le retard dans la  communication du prix des intrants au titre 2019/2020. Les producteurs de coton rejettent d’ores et déjà toute augmentation du prix des intrants.

Que d’irrégularités  dans le Mali sous IBK ! Aucun secteur  ne fonctionne comme il le faut. La négligence et la mauvaise volonté des autorités obligent même les moins bavards à être des « perroquets ». Comme si le problème récent avec les producteurs de l’Office du Niger ne lui suffit pas, le ministère  de l’Agriculture fait parler de lui dans une affaire avec  les producteurs de coton. Il peut paraitre bizarre, mais clair comme l’eau roche que jusqu’au 18 août 2019,  aucune communication n’ait  été faite sur le prix des intrants 2019/2019. Voilà une réalité parmi tant d’autres qui a suscité la colère du collectif des producteurs de coton pour saisir le ministre de l’Agriculture Moulaye Ahmed Aboubacar. Dans sa lettre adressée au ministre le 18 août 2019, le collectif déplore des irrégularités sur le plan des intrants. Cette situation inédite,  selon le  collectif, est  caractérisée par le retard dans  la communication du prix des intrants 2019/2020 avant les semis du coton ; l’insuffisance et/ ou le manque d’intrants (engrais et pesticides) ; et la distribution des stocks d’insecticides périmés dans certaines localités. 

Pour les producteurs de coton, le retard dans  la communication du prix des intrants est inadmissible, car, précisent-ils, « les états généraux sur le secteur du coton, tenus du 17 au 19 août 2001, ont recommandé la communication des prix des intrants aux producteurs avant le début des semis du coton ». Ce qui est déplorable, à en croire le collectif des producteurs de  coton, c’est le fait qu’aucune information officielle n’ait été communiquée sur le prix des intrants 2O19/2020 jusqu’au 18 août 2019 alors que la campagne agricole est en cours.  C’est la première fois que cela arrive depuis 2001 selon  la lettre adressée au ministre de l’Agriculture. Pour les producteurs de coton, ce retard de la communication sur le prix des intrants est « un manque de considération pour eux et une légèreté dans la gestion des intrants de la campagne agricole en cours ».

Ce que les producteurs de coton menacent d’entreprendre

Face à la lenteur dans  la communication du prix des intrants et l’indifférence des autorités, les producteurs du coton ont unanimement  pris certaines mesures. D’abord, ils ont décidé de rejeter  toute augmentation du prix des intrants agricoles (engrais, herbicides, insecticides, fongicides, semences). Aussi, en cas d’augmentation du prix, précise la lettre adressée au ministre Moulaye Ahmed Aboubacar, les responsables des coopératives des producteurs de coton « s’engagent à ne pas signer les dossiers de crédits agricoles au titre de la campagne agricole 2019/2020 ». Le collectif promet, enfin,  le retrait des insecticides « périmés ».

A en croire le collectif des producteurs de coton du Mali, le retard accusé dans la mise en place des engrais et le « manque de l’urée » dans certaines localités impactent « négativement » le rendement. Avec ce  retard, selon le collectif,  les prévisions de production de coton risquent de ne pas être atteintes. Cela pourrait donc constituer un manque pour le Mali.

Pour éviter tous ces maux, le collectif des producteurs de coton a invité les plus hautes autorités à s’impliquer avant que ça ne soit « trop tard ».  

Boureima Guindo

Source : LE PAYS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.