Situation de Dr. Keb et de son staff : Le cri de cœur d’une mère en détresse

A travers un point de presse animé, le samedi dernier, la famille, les proches collaborateurs, et nombreux artistes du pays ont appelé à la libération de Amadou Kebe dit Dr. Keb et de son staff : Alfousseini Touré alias Dr. Alouss, et Ousmane Coulibaly alias Dr. Bakozy portés disparus au nord du Mali, il y a une dizaine de jours.

Après avoir quitté Bamako, capitale malienne, par un avion de la Minusma en date du 28 juillet, les trois artistes sont bien arrivés, quelques heures plus tard, à Tombouctou, une région septentrionale. Vu l’insécurité au summum dans cette partie du pays, beaucoup de gens se posent la question à savoir pourquoi ces artistes ont voulu répondre à cette invitation des jeunes de Tombouctou. Mais pour qui connait la mission du team Dr, sait  que Dr. Keb est un espoir pour le Mali, voire un  éternel optimiste au sein du monde artistique, a rapporté Mody Togo, président de la cellule de crise mise en place pour  la circonstance. Ces informations, données via ce point de presse avaient pour but d’éclaircir les gens sur la disparition des trois(3) artistes. Aux dires de M. Togo, la jeunesse de Tombouctou sachant bien que les artistes prônent la paix et la réconciliation à travers la musique, leur a contacté pour une série de concerts à Rharous, Niafunké et  Goundam. Après avoir favorablement répondu à ladite invitation, les artistes ont pris, le mercredi 28 juillet à Bamako, un avion de la Minusma pour Tombouctou. « Nous avons la certitude qu’ils sont bien arrivés à Tombouctou, parce que nous avons échangé avec eux au téléphone, après leur arrivée. L’équipe du team DR composée d’Amadou Kebe dit Dr. Keb ; Alfousseini Touré dit Dr. Alouss et Ousmane Coulibaly alias Bakozy est arrivée le même jour à Tombouctou », confirme le président de la cellule de crise.

Dès le lendemain jeudi, 29 juillet, les artistes ont quitté Tombouctou pour Rharouss, informe Mody. Pour se rendre à Rharous où ils devraient tenir le premier concert, les artistes ont loué un véhicule. Le président de la présente cellule annonce avoir aussi échangé avec l’équipe, avant le départ des jeunes artistes de Tombouctou pour Rharous. « Nous avons la confirmation et la certitude qu’ils ont quitté Tombouctou pour Rharous. Qu’ils soient arrivés à Rharous ou pas, souligne l’intervenant, cela n’a jamais été confirmé ».Puisqu’ils ne sont jamais arrivés à Rharous, Mody Togo déclare que le concert prévu n’a pas pu avoir lieu. Les jeunes artistes étaient censés faire un autre concert à Niafunké, en date du 30 juillet, après celui de Rharous. Ils devraient aussi tenir un concert à Goundam. Cela n’a pas pu se tenir, déplore le président de la cellule. D’après lui, le retour des disparus était fixé au 2 août dernier. Jusque-là, les artistes restent portés disparus, et donc introuvables. En l’occurrence, le chauffeur appelé Bola qui conduisait leur véhicule est aussi injoignable. Le pire, le journaliste Aziz Maiga connu sous le sobriquet  « Aziz ne ment pas » qui a facilité cette invitation des artistes est aussi porté disparu, a fait savoir Mody Togo, avant d’appeler les uns et les autres au secours pour leur libération. A cette occasion, Maimouna Traoré, la mère du Dr. Keb s’est exprimée avec des larmes aux yeux. D’une voix lamentable, elle disait : « Comprenez-moi, cela est difficile à supporter pour toutes les mamans. C’est très difficile pour moi de me prononcer sur  cette situation. Je suis une mère qui ne dort plus, une qui a un cœur meurtri ».Sans cesser de pleurer, la dame dit quotidiennement passer des longues heures pendant la nuit sans pouvoir fermer les yeux, depuis la disparition de ses fils. Elle dit confier ses fils au bon Dieu, et appelle les autorités, les kidnappeurs et tous les Malien à leur libération.

Parmi les artistes et fans qui ont participé à ce point de presse figurent Master Soumy et Iba One. Tout comme les autres, ceux-ci ont sollicité l’implication des autorités et de tous les Maliens pour le retour saint et sauf des jeunes artistes.

Mamadou Diarra

Source : LE PAYS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *