41e session du CSA : les quatre priorités de la transition dégagées par Moctar Ouane

Après quelques mois d’interruption de ses travaux, le Comité de suivi de l’Accord d’Alger a démarré les travaux de sa 41e session, lundi 16 novembre 2020, au siège de la MINUSMA. Les priorités de la transition politique en cours au Mali ont été dégagées.

Deux mois après la mise en place de la transition politique au Mali, les travaux de la 41e session du Comité de suivi de l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger (CSA) ont démarré, lundi 16 novembre 2020, à Bamako. Cette session intervient après une suspension de 2 mois.

Cette reprise des travaux de la 41e session a eu lieu au siège de la MINUSMA. Elle a été présidée par l’ambassadeur d’Algérie au Mali qui est également le président du CSA, Boualem Chébihi.

Au cours de ces travaux, le Premier ministre du Mali, Moctar Ouane a que cette transition exige de faire des choix et de définir des priorités claires. Ce afin de donner un nouvel élan à l’Accord pour la paix et la réconciliation (APR). « Pour cela, précise-t-il, il faudrait l’engagement sans faille de toutes les composantes de la nation malienne ».

Les priorités dégagées par le Premier ministre malien sont entre autres : la redynamisation du processus de désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR) ; l’accélération des réformes politiques et institutionnelles ; la situation des écoles et les actions de développement.

Selon le président du Comité pour le suivi de l’Accord, la tenue de cette rencontre est la preuve de l’engagement et de l’attachement des parties maliennes de la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation : « Je crois que sur ce plan, la tenue en elle-même de la session a été importante notamment dans le contexte actuel de la transition et de la crise sanitaire que traverse le monde ».

S’agissant de la gestion de la transition politique au Mali, Boualem Chébihi souligne que les priorités sont « les réformes institutionnelles, le parachèvement et la clôture de la Phase 2 du DDR, le rétablissement des services sociaux de base et le lancement des projets pilotes dans les régions du Nord ».

En plus de ces différents aspects, il a été question du projet de loi relative à la valorisation du rôle des cadis ainsi que des préparatifs pour la tenue des deuxième et troisième audiences publiques de la Commission Vérité, Justice et Réconciliation (CVJR).

Pour sa part, Mossa Ag Attaher, ministre de la Jeunesse et des Sports et membre de la CMA, a indiqué au cours de cette session que la mise en œuvre de l’Accord pourrait atteindre 80 % au cours de cette transition si tout est mis en œuvre afin que la période transitoire réponde aux attentes de la période intérimaire. Toutefois, il tire les attentions sur la nécessité « de mettre à contribution la participation des mouvements signataires de l’accord au sein du gouvernement pour booster la mise en œuvre de l’accord », rapporte Studio Tamani.

Fousseni Togola

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *