Boubacar Yalkoué du CDR lors du meeting du M5-RFP : « Le combat sera très rude dans les jours à venir »

Les membres du collectif pour le développement de la République (CDR) ont répondu, le dimanche 21 février 2021 au palais de la Culture Amadou Hampathé Ba, à l’appel du meeting du Mouvement du 5 juin-Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP).A cette occasion, le membre du comité de crise du CDR mis en place suite à l’arrestation de Ras Bath, Boubacar Yalkoué, n’a pas mâché ses mots.

« Nous saluons les membres du M5-RFP pour leur combat patriotique. Nous, en tant que membres du CDR, sommes actuellement dans une situation due à l’arrestation de notre porte-parole Ras Bath », a déclaré Boubacar Yalkoué.

S’agissant des raisons de la présence du CDR au meeting, il a affirmé avoir été saisi par le M5. « Nous avons été saisis par les membres du M5-RFP qui nous rassuraient de la noblesse et de la légitimité de cette lutte qu’ils mènent. Aussi, les membres du M5 sont dans la dynamique du rétablissement des citoyens dans leur droit ; un combat dans lequel le CDR se reconnait parfaitement », a entonné le secrétaire administratif du CDR. Selon Boubacar Yalkoué, l’arrestation de Ras Bath et coaccusés est jugée « extrajudiciaire ; illégale et antidémocratique ». D’après lui, si le dossier Ras Bath et consort s’est retrouvé à la chambre d’accusation, cela est dû à la pression et à la combativité du CDR et alliés.

Parlant des difficultés actuelles du Mali, il affirme que tout est parti de la présidentielle de 2018. « C’est la réélection de l’ex-président IBK à la tête du pays en 2018 qui nous a mis dans toute cette situation. À l’époque, le CDR avait tout fait pour empêcher la réélection du président déchu. Les conséquences de cette élection font que nous continuons à vivre le pire en ce moment », a-t-il laissé entendre. Pour lui, l’unique combat du CDR est la résolution pure et simple des difficultés auxquelles le pays est confronté. « Nous demandons à ce que la pression soit mise sur les autorités afin qu’elles acceptent de s’asseoir et de discuter avec le peuple sur les voies et moyens de sortie de crise du pays. Des assises qui permettront aux Maliens d’organiser des élections crédibles et transparentes, amenant la paix et la réconciliation du peuple », a proposé le secrétaire administratif du CDR. Pour ce faire, le représentant du CDR plaide pour des reformes « urgentes ». « Nous devons faire des réformes urgentes, à commencer par la mise en place d’un organe unique en charge des questions électorales. Un organe dont les missions seront clairement définies afin d’éviter que le Mali ne bascule dans l’impasse après les scrutins électoraux comme cela a été le cas en Côte d’Ivoire et en Guinée », a-t-il proposé. A ce niveau, Boubacar Yalkoué alerte : « Les militaires ont un agenda caché. Ils ont leur candidat qu’ils préparent ».

Mais selon lui, le peuple malien ne se laissera pas faire et se battra au côté du M5 et alliés. « Cela est la première étape de la lutte, le combat sera très rude dans les jours à venir », a-t-il annoncé.

De nos jours, en plus du M5-RFP, le CDR, les députés de la 6ème législature, les victimes de démolition des maisons sises dans la zone dite aéroportuaire de Bamako, les amis d’IBK et du PM Boubou Cissé ont également rejoint le rang du M5 pour entamer une nouvelle page de l’histoire. Ces nouvelles contestations sont nées des dérives multiples des autorités transitoires.

Mamadou Diarra

Source : LE PAYS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *