Conférence des chefs d’État de l’OHADA : Bah N’Daw, le nouveau président

Le président de la Transition du Mali, Bah N’Daw, a officiellement entamé son mandat à la tête de la présidence de la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Organisation pour l’harmonisation en Afrique du droit des affaires (OHADA) le jeudi 18 février 2021, à Koulouba.

Le président intérimaire Bah N’Daw assurera, pour l’année en cours, la présidence de la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de l’OHADA, une organisation africaine. A cet effet, le ministre de la Justice, Mohamed Sidda Dicko, devient, lui-aussi, le président du Conseil des ministres de l’organisation. Courant jeudi 18 février, le nouveau mandat a été confié au président intérimaire et son ministre de la justice par le professeur Emmanuel Sibidi Darankoum, secrétaire permanant de l’organisation pour l’harmonisation en Afrique du droit des affaires. Pour la circonstance, le Pr Emmanuel a déclaré : « Je suis venu présenter au président de la Transition le mandat qu’il assume désormais. Et par la même occasion, confirmer la présidence du conseil des ministres qui sera assurée par le ministre de la Justice ».

Placé sous le signe « de la renaissance et de relever les grands défis pour replacer le Mali sur la voie de l’avenir, de la prospérité ; et de la réussite », ce mandat confié aux autorités transitoires bénéficiera, selon le Emmanuel, du soutien du secrétariat permanant de l’organisation.

En sa qualité de secrétaire permanent, Emmanuel Sibidi s’est, profitant de la même occasion, aussi penché sur les missions assignées à Bah N’Daw. Il s’agira pour Bah N’daw, aux dires du Pr Emmanuel : « d’harmoniser, au cours de ce mandat, tout ce qui est entre nos mains et qui doit être harmonieusement conjugué pour permettre la réussite future du pays, parlant du G5 ; de l’espace OHADA ; et du continent ».

Se fiant aux informations décrites sur la page du ministère de la Justice, la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement est l’organe politique de l’OHADA. De ce fait, il se réunit en cas de nécessité, afin de donner des impulsions et orientations générales décisives dans le processus de l’harmonisation du droit des affaires en Afrique. Quant au conseil des ministres désormais chapeauté par le ministre Dicko, il est l’organe délibérant ayant pour rôle de définir les orientations spécifiques, de programmer les activités ; voire d’autoriser le budget en contrôlant le fonctionnement des institutions, explique le département en charge de la justice au Mali. En plus, le conseil des ministres exercice le pouvoir normatif d’adoption des actes uniformes ; des règlements ; ou toute décision afférente à sa compétence. Ainsi, il convient de retenir que de nos jours, dix-sept (17) pays sont Etats membres de cette organisation africaine.

Mamadou Diarra

Source : LE PAYS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *