MEDIAS

FLASH DU JEUDI LE 23 JANVIER 2020

ELECTIONS : Les législatives annoncées pour les 29 mars et 19 avril 2020

Les dates des élections législatives ont été communiquées hier mercredi 22 mars au conseil des ministres à Bamako. « Nous avons échangé sur tous les problèmes qui préoccupent la nation, à savoir la nécessite d’aller aux élections en réunissant le maximum de condition sécuritaire » a déclaré Boubacar Alpha Bah, ministre de l’Administration territoriale.

Les partis politiques saluent l’engagement du gouvernement à organiser les législatives. Ils s’inquiètent en revanche sur la possibilité de la tenue du scrutin sur tout le territoire national. Pour Hamidou Doumbia, du comité exécutif du parti Yéléma « le gouvernement devrait plutôt donner une cartographie des zones où vont se dérouler les élections ».

Sur le plan sécuritaire, le gouvernement rassure. Le ministère de la sécurité annonce le renforcement du dispositif déjà mis en place lors de l’élection présidentielle. Pour le commissaire Bakou Kanté, Conseiller technique au ministère de la Sécurité, « il faut des dispositions adaptées à la situation sécuritaire du pays ».

MOPTI : Deux militaires tués dans l’explosion d’une mine

Deux soldats ont été tués mardi par l’explosion d’une mine près de Douentza, dans le centre du Mali, en guerre contre les jihadistes, a indiqué un porte-parole de l’armée mercredi. Deux autres soldats ont été blessés quand leur véhicule en provenance de Boni et à destination de Douentza a sauté sur une mine, a précisé le colonel Diarran Koné. “Le chemin que nous avons emprunté était miné. J’ai eu la vie sauve parce que j’étais derrière. Heureusement, le secours est venu à temps”, a déclaré à l’l’un des blessés. Le Mali, le Burkina Faso et le Niger voisins sont en proie à une sévère dégradation sécuritaire et une propagation des violences jihadistes qui alarment la communauté internationale, malgré la présence de forces françaises, onusiennes et africaines .Le nombre de victimes des violences terroristes y a été multiplié par cinq depuis 2016 pour atteindre environ 4.000 morts en 2019 selon l’ONU. Le conflit au Sahel a fait des centaines de milliers de déplacés .En dehors des attaques contre les forces armées ou les populations civiles, la pose de mines artisanales le long des principaux axes de communication par les jihadistes provoque des dizaines d’explosions chaque année.

BARKHANE : La France va envoyer des renforts supplémentaires

L’opération antijihadiste française au Sahel, Barkhane, va recevoir des “moyens supplémentaires” en sus des 220 soldats déjà récemment envoyés en renfort, pour tenter d’enrayer la spirale des violences, a annoncé mercredi le chef d’état-major français des armées François Lecointre. Outre l’envoi récent en renfort de 220 soldats “qui étaient en mission de courte durée en Côte d’Ivoire”, la France prévoit “l’engagement de moyens supplémentaires dont je vais présenter le profil et la composition au président de la République dans les jours qui viennent”, a souligné sans plus de détails le général, lors d’une rencontre avec l’Association des journalistes de défense (AJD). Ces nouveaux renforts seront accompagnés de “moyens logistiques et de renseignement supplémentaires”, a-t-il poursuivi. De source proche du dossier, des annonces devraient avoir lieu à ce sujet le 29 janvier. “Nous allons accentuer nos efforts dans la zone du Liptako-Gourma, dans la zone +des trois frontières+ (entre Mali, Burkina Faso et Niger, ndlr), en y concentrant des moyens supplémentaires”, a rappelé François Lecointre.

“Aujourd’hui, dans cette zone extrêmement vaste, les moyens qui sont mis à disposition de l’opération Barkhane ne sont pas suffisants pour qu’on puisse avoir des soldats déployés H24, 7 jours sur 7”.Avant l’annonce de premiers renforts par le président Emmanuel Macron au sommet de Pau début janvier, la force Barkhane comptait quelque 4.500 militaires au Sahel.
La force conjointe du G5 Sahel (Niger, Mali, Burkina Faso, Mauritanie, Tchad) se focalisera également sur cette zone des trois frontières, sanctuaire du groupe Etat islamique au Grand Sahara (EIGS) où se sont concentrées les attaques meurtrières des jihadistes ces derniers mois, a précisé le plus haut gradé français

KIDAL : Le retour à Kidal de l’armée malienne reconstituée prévu pour fin janvier

L’un des points importants de la réunion de « relance » du Comité de suivi de l’accord de paix d’Alger qui s’est tenue ce week-end à Bamako est le début du redéploiement de l’armée malienne reconstituée dans le nord du Mali, mais particulièrement à Kidal, localité du nord-est du Mali toujours sous contrôle des ex-rebelles. Cette armée malienne reconstituée est composée d’éléments des Forces armées maliennes (FAMA) et des ex-combattants. Le retour à Kidal devait être achevé le 24 janvier, mais des réglages de dernières minutes sont nécessaires.

YANFOLILA : Rencontre sur l’insécurité et la délinquance juvénile

L’Insécurité et la délinquance juvénile préoccupent les autorités administratives de Yanfolila. Elles viennent de tenir une rencontre le mardi dernier sur le phénomène. Selon les organisateurs, la prolifération anarchique des bars est l’une des causes de la dépravation des mœurs. Un délai de 15 jours a été donné aux propriétaires de bars pour se mettre en règle.

 KITA : Incendie d’un camion

A Kita, un camion dix de tonnes chargé de denrées alimentaires a pris feu (21/01/2020) au quartier de Farabala. Selon le propriétaire du véhicule, une panne électrique serait la cause de l’incident. Aucune perte en vie humaine, mais des dégâts matériels importants ont été enregistrés. Le feu a pu être maîtrisé grâce aux éléments de la protection civile de Kita.

KOURY : Baisse du prix des légumes dans la localité

Le prix des légumes a connu une baisse cette semaine à la foire hebdomadaire de la localité. Selon des habitants, le prix du kilogramme de la pomme de terre varie désormais entre 300 F et 400 F contre 600 F. Le kilogramme du haricot vert qui était de 500 F est aujourd’hui cédé à 300F. Selon les femmes, cette baisse de prix des légumes s’explique par leur abondance sur le marché.

SEGOU : Bilan 2019 des accidents de la circulation survenus dans la région

51 morts, 1598 blessés, c’est le bilan des accidents de la circulation survenus à Ségou pendant l’année 2019. Ces informations ont été données en début de semaine par la direction régionale de la protection civile lors de sa réunion annuelle. Selon les responsables de la protection civile, le nombre de victimes de l’année écoulée est inférieur à celui de 2018.

A Ségou, écoutez les programmes du Studio Tamani de 17h-19h sur la radio Foko 100.8 Fm, la radio Sanya 105.0 fm, la radio Césiri de Niono 89.00 Fm, la radio Sahel Niono 92.1 Fm, la radio Bendougou de Bla 104.1 Fm et la radio Parana de San 100.6 Fm

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.