La Minusma ou une arnaque contre le peuple malien

Les responsables de la MINUSMA ont toujours exprimé que leur mission est de protéger les populations civiles. Malheureusement, cette même MINUSMA nous dit à toutes les occasions qu’elle n’a pas le mandat de lutter contre les terroristes qui agressent les populations civiles. C’est bien au nom de ce principe que des villages sont rasés, des civiles massacrés, et de graves crimes sont commis aux pieds de la MINUSMA sans qu’elle ne lève le petit. Juste après les dégâts, elle se présente pour documenter les faits.

A mon avis c’est un simple jeu d’enfant conçu dans un manège et je le qualifie d’arnaque du siècle contre le peuple malien.

Il faut que les bailleurs de la MINUSMA comprennent qu’en finançant la MINUSMA avec un tel mandat, ils ne participent en rien à la stabilisation du Mali. Au contraire il participe (devant l’histoire) à la stabilisation d’un pays souverain. La preuve est que depuis des années, malgré la présence des plusieurs forces étrangères dont la MINUSMA en Pol position, la situation ne fait que dégrader. Les terroristes avancent à grand pas et aujourd’hui en plus du nord et du centre c’est le sud qui est menacé.

A mon avis, tous les acteurs doivent savoir qu’il faudra modifier le mandat de la MINUSMA et l’adapter aux besoins sécuritaires du Mali. Il faut qu’elle ait une unité combattante comme nous le voyons en RCD (MONUSCO) et en Centrafrique (MINUSCA) afin d’empêcher les terroristes d’agresser les civiles. Faite de quoi, elle doit purement et simplement dégager.

C’est un sujet sur lequel doit également réfléchir l’ensemble de la jeunesse du Mali dont l’avenir sera forcément compromis si la déstabilisation continue.

Par conséquent, je lance un appel à toutes les organisations de jeunesse du Mali afin qu’elles se mobilisent pour réclamer haut et fort la prise en compte des aspirations des populations dans le prochain mandat qui sera donné à la MINUSMA.

Un mandat plus robuste suivi de moyens conséquents pouvant lutter contre le terrorisme et libérer les populations de l’emprise du mal.

Adaman Diongo, président Collectif des jeunes du Pays Dogon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *