Le CNSP à la Cédéao : « nous sommes au service du peuple »

Pour informer le peuple malien de sa rencontre avec les chefs d’État de la Cédéao, mardi 15 septembre 2020, le CNSP a tenu un point de presse à son QG à Kati, ce mercredi 16 septembre 2020. Occasion pour les nouvelles autorités de faire part des menaces que branle l’organisation ouest-africaine contre le Mali ainsi que les réponses qu’il leur a données.

Expliquer au peuple malien ainsi qu’à la communauté internationale les conclusions de sa rencontre avec les chefs d’État de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao), tel est l’objectif du point de presse tenu, mercredi 16 septembre 2020, par le Comité national pour le salut du peuple (CNSP) à son quartier général à Kati. Au cours de cette rencontre avec la presse, le porte-parole du Comité, Colonel-Major Ismaël Wagué a été on ne peut plus clair : pour la gestion de la transition, la Cédéao exige un président et un Premier ministre civils ; elle donne un ultimatum d’une semaine, à compter du mardi 15 septembre 2020, pour l’installation des autorités de la transition et branle des menaces contre le Mali si le CNSP refusait d’adhérer à ses recommandations. « Les Chefs d’État de la CEDEAO nous ont dit être en mesure d’imposer un embargo total pour nous asphyxier rapidement », a-t-il précisé.

La Cédéao voulant obtenir du CNSP une réponse immédiate sur les propositions faites, la délégation du Comité n’a pas tergiversé en faisant savoir qu’il est en mission : « Nous avons dit clairement à la CEDEAO que nous sommes au service du peuple ». Et de poursuivre : « Dans la mesure où la majorité a parlé d’une transition militaire, nous avons suggéré qu’on puisse aller dans ce sens. » À l’en croire, « la CEDEAO a refusé » cette transition militaire voulue par le peuple malien. « Nous étions partis à Accra avec deux objectifs : partager avec les chefs d’État de la CEDEAO les conclusions des concertations nationales et voir avec eux la levée des sanctions sur le Mali », a-t-il précisé.

F.T

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *