Mali-Côte d’Ivoire : Début du retour volontaire de 350 réfugiés ivoiriens

350 Ivoiriens, pour la plupart réfugiés au Mali depuis près de 19 ans, ont décidé volontairement de rentrer dans leur pays. C’est suite à un appel lancé par les autorités ivoiriennes à l’endroit de tous leurs compatriotes refugiés partout à travers le monde. Le retour volontaire de ces réfugiés n’a rien à voir avec l’histoire des 49 militaires ivoiriens interpellés au Mali.

Ils sont 350 réfugiés ivoiriens vivant au Mali à accepter de rentrer dans leur pays. Un retour volontaire décidé suite à l’appel des autorités ivoiriennes à l’endroit des réfugiés. Leur rapatriement a été rendu possible, selon nos sources, par la Commission nationale chargée des réfugiés au Mali et l’Unhcr.

Après 19 ans au Mali, la première vague (180 personnes) des 350 réfugiés ivoiriens est arrivée à la frontière ivoirienne, Zégoua. Mais avant le départ, ces réfugiés ont remercié les autorités et les populations maliennes pour l’hospitalité.

«Ce passage qui a duré plus de 19 ans pour la plupart d’entre nous s’est arrêté pour de bon. La guerre est terminée en Côte d’Ivoire, la paix a regagné les esprits et les cœurs, nous avons reçu une mission « come and tell » en 2019 et effectué une mission « go and see » en 2021. La grande majorité des réfugiés ivoiriens dans le monde sont rentrés et le 30 juin dernier la clause de cessation a pris effet », a déclaré Mohamed Koné, président de l’Association des réfugiés de la Cote d’Ivoire au Mali.

La Commission nationale chargée des réfugiés a fait beaucoup pour ces réfugiés. Un message de reconnaissance lui a d’ailleurs été adressé dans ce sens. « Vos encouragements pour l’initiative de la création d’une association, votre implication et vos témoignages pendant l’enquête de moralité montrent votre bonne volonté et votre bonne foi envers les autres. Si l’Arim a un père, sans aucun doute c’est la Cncr. C’est aux pieds de la Cncr et aux bords du fleuve Niger que l’Arim a vu le jour le 23 décembre 2003 pour devenir l’Aiorh le 15 décembre 2021 aux bords de la lagune ébriée. Cher père (la Cncr), le séjour des réfugiés ivoiriens au Mali a été satisfaisant grâce à Dieu, à travers la Cncr, et le gouvernement. Vous avez gardé l’association dans votre viseur et votre rétroviseur et avez fait sa promotion partout où c’était nécessaire. Nos lettres de recommandations, à qui de droit, tenant lieu d’extraits de naissance, et tout autres documents de protection n’ont jamais fait défaut », A précisé Koné. Et d’ajouter : « Cette cérémonie est pour nous l’occasion de vous exprimer toute notre gratitude pour la protection et la bonne collaboration ».

Il faut préciser que le premier convoi, constitué de 183 personnes, est arrivé ce jeudi à Zégoua, localité frontalière, avant de poursuivre le voyage sur Abidjan. Le président de l’association a précisé que ce rapatriement se poursuivra dans les jours à venir avec d’autres convois. Selon des sources, les autorités régionales à Sikasso et Zégoua sont à pied d’œuvre pour le bon déroulement de cette opération.

Il faut rappeler qu’en septembre 2021, une déclaration conjointe entre la Côte d’Ivoire et les pays accueillant des réfugiés de nationalité ivoirienne a été signée, afin de prononcer la clause de cessation du statut de réfugiés ivoiriens qui est entrée en vigueur au Mali le 30 juin 2022.

Il s’agit donc d’un retour librement consenti au fil des années et plusieurs opérations de rapatriement ont été réalisées, notamment en 2019 (250). Ce retour n’a donc rien à avoir avec la crise née suite à l’arrestation des 49 militaires ivoiriens au Mali.

Boureima Guindo

Source : LE PAYS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.