MEDIAS

MALI : Hymne à la décadence !

« Le mépris des lois, c’est le commencement de la décadence ». Avec un siècle d’avance, Jean Pellerin, poète et romancier français décrit le drame dans lequel le Mali s’enfonce sous la direction chaotique de Ibrahim Boubacar KEITA.

La terrible sentence de Pellerin est contenue dans son fameux roman « Gens sans terre », ouvrage militant sur la mésaventure des Acadiens, ces français du bout du monde au Québec, assimilés à un moment de leur histoire à des damnés de la terre.

Les Acadiens étaient des « Gens sans terre ». Les Maliens, depuis le complot de 2012, deviennent aussi chaque jour un peu des « Gens sans terre » au fil de l’avancée des djihadistes et des concessions aux rebelles ! Mais ce que nous, Maliens, sommes devenus, de manière catégoriquement irréfutable, des « Gens sans État ».

« Le mépris des lois » a atteint son sommet dans l’histoire du Mali depuis que la Cour constitutionnelle a décidé de réécrire le vote des Maliens, recalant des députés normalement et légalement élus, plébiscitant des candidats battus dans les urnes. Il n’a manqué à Manassa Danioko que d’emprunter la formule apocryphe prêtée à François 1er en signant l’arrêt de la Cour : « Car tel est mon bon plaisir » !

Le « mépris des lois » engendre la décadence qui porte désormais le visage brumeux de Moussa Timbiné, député sortant vaincu à la régulière avant d’être repêché et nommé à l’assemblée nationale puis président de ce qu’aucun Malien sérieux n’osera plus considérer comme une institution.

On pensait que le régime IBK avait atteint le summum dans la dégradation des fonctions et de leur incarnation. L’épisode Moussa Timbiné vient retentir comme une gifle et un avertissement que le pire reste à venir.

Qui osera encore railler les compétences inexistantes de Karim KEITA en matière de défense et de sécurité quand c’est Moussa Timbiné qui, du haut du Perchoir, assure la police des débats ? On peut en rire si le dessein des artisans de la décadence ne se nourrissait du funeste projet d’anéantir notre pays.

On descend chaque jour un peu plus dans ce qui est plus grave qu’un nivellement par le bas. Si un sous-doué de l’AEEM, jamais reconnu pour ses qualités intellectuelles ou par sa tenue, peut se voir offrir l’assemblée nationale, on peut se préparer à accueillir un porte-à-fait à la présidence de la République.

Ah Maliba de Bouramaba ! On imagine un dîner au coin de la cheminée entre Richard Ferrand, président de l’assemblée nationale française et Moussa Timbiné ou une discussion sérieuse entre Timbiné et Mustapha Niasse du Sénégal, Amadou Soumaoro de Côte d’Ivoire ou Alassane Sakandé du Burkina Faso…

On va se consoler à l’idée que les pires moments de l’histoire d’un pays n’emportent jamais tout espoir. Et l’espoir qui reste chevillé en chaque patriote malien est que n’importe quelle équipe qui sera investie demain de la confiance fera mieux que ce régime incompétent, impotent, « méprisant et décadent », selon les mots de Jean Pellerin.

L’hymne à la joie succédera à l’hymne à la décadence.

Bakary Diarra

In Refondation du Mali

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.