Projet « Réponses aux différentes crises causées par le COVID-19 au Mali (RC3-Mali) » : Perspectives et enjeux de réduction de la propagation de l’épidémie et son impact sanitaire-socio-économique

Le projet RC3-Mali «Réponses aux différentes crises causées par le covid-19 au Mali»  a tenu sa première session du comité de pilotage, le mercredi 8 décembre dernier.  C’était à l’hôtel l’ex-Sheraton. Selon les responsables, cette session consacre le lancement dudit projet. Le démarrage des travaux a été présidé par Aly Diop, représentant du ministre de la Santé et du Développement Social en présence de Dr. Jean-Pierre Baptiste, représentant résident de l’OMS au Mali et son coordinateur Dr. Félix  Popotte.

Faut-il signaler que le Projet « Réponses aux différentes crises causées par le COVID-19 au Mali » dont la convention de financement a été signée le 30 mars 2021, fait partie de l’appui de l’Union européenne à la société civile.

Selon les responsables du projet, l’objectif global du programme RC3-Mali est de « soutenir les efforts du Gouvernement malien dans le domaine de la lutte contre la pandémie COVID-19 ». Le projet vise plus spécifiquement à réduire la propagation de l’épidémie ainsi que son impact sanitaire et socio-économique.

Le programme RC3-Mali est financé par l’Union Européenne sur deux ans (2021 – 2023). Il se focalise sur quatre thématiques prioritaires à savoir la vaccination anti-COVID, l’appui à l’Institut National de Santé Publique (INSP), la Protection et le Contrôle des Infections (PCI) ainsi que la résilience des familles touchées par la pandémie.

La stratégie globale d’intervention consiste à apporter un appui technique sur les différentes composantes du plan de riposte, de manière flexible et progressive. Elle se fait en collaboration étroite avec le Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale et le Ministère de la Santé et du Développement Social.

Expertise France apporte son soutien à la Section d’Immunisation, sur la base du plan national de déploiement de la vaccination contre le COVID-19. Cet appui sera effectué en coordination avec d’autres partenaires impliqués dans la vaccination au Mali pour atteindre les objectifs de cette seconde phase du déploiement, tout en renforçant l’immunisation de routine. Des missions d’expertises perlées courts-termes seront mobilisées selon les besoins prioritaires identifiés par le projet et serviront d’appui technique. Aussi, il est prévu la création d’un comité de pilotage multi acteurs pour l’orientation stratégique et la supervision de l’exécution du programme RC3-Mali.

La présidence du Comité de pilotage est assurée par le Ministère de la Santé et du Développement Social. La co-vice-présidence est assurée par le Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale, Ordonnateur National du FED et la Délégation de l’Union Européenne.

Le Comité de pilotage a pour objectif de garantir un meilleur suivi stratégique et une coordination efficace de toutes les composantes du Projet.

Ainsi, le Comité de pilotage : assure la supervision du programme et décide des orientations stratégiques (identification voire la reformulation des activités en fonction des difficultés de mise en œuvre ou de l’évolution du contexte de crise). Il est chargé du suivi stratégique et s’assure de la bonne gestion du projet dans sa globalité et durant la durée complète de sa mise en œuvre. Il statue sur les orientations opérationnelles du projet jugées importantes sur proposition des cadres opérationnels de coordination ou du Chef de Projet d’Expertise France.

Ensuite, il est chargé d’approuver les changements majeurs dans la conduite du Projet sur la base de propositions approuvées par les cadres opérationnels de coordination du projet

Et d’assure la prise en compte de la politique des autorités sanitaires maliennes dans le pilotage du Projet ; surveille périodiquement les progrès des activités et l’atteinte des résultats escomptés dans le cadre de son rôle de suivi stratégique,  enfin, veille à ce que le Projet s’inscrive dans une synergie et une complémentarité d’action avec les autres interventions dans la zone, à promouvoir le genre et le respect de l’environnement, et à garantir l’appropriation et la pérennité du projet.

Conformément aux dispositions prévues dans la convention de financement du programme RC3-Mali, le Comité de Pilotage est mis en place, sous la co-présidence de l’Ordonnateur National du Fonds Européen de Développement (FED) et de la DUE.

A en croire Aly Diop, représentant du ministre de la Santé et du Développement Social, le plan de riposte Covid-19 au Mali est composé de 10 axes stratégiques avec un budget évalué en hauteur de 136 millions de FCFA. Il constitue le document de référence en matière de riposte à la pandémie dans la perspective de l’atteinte des objectifs de prévention de riposte et de prise en charge d’une part, et de la gestion de la santé au quotidien des populations, d’autres part.

D’après lui, le nouveau plan élaboré vise non seulement à consolider les acquis en matière de gestion d’épidémie, mais aussi à développer des nouvelles initiatives, davantage orienter vers l’atteinte des objectifs de santé, et le capital humain (la protection sociale et le développement durable).

«La mission du comité de pilotage est de garantir un meilleur suivi et une coordination efficace de toutes les composantes du projet. De proposer des orientations stratégiques en convenance avec la politique de santé de notre pays, et de faire une recommandation pour renforcer la mise en œuvre du projet et la pérennisation de ses acquis». A-t-il rappelé.

Par ailleurs, il a également rappelé que les travaux du comité se tient dans un contexte particulier marqué par l’augmentation du nombre de cas du covi-19, l’insuffisance dans le respect des mesures barrières contre la pandémie, la notification de la détection d’un cas de variant omicron dans un pays limitrophe et l’évolution timide de la vaccination contre la covid-19.

«Le démarrage du projet RC3-Mali  coïncide avec la mise en place des stratégies de développement sanitaire qui marque un tournant majeur dans le renforcement de l’appropriation de politique publique de santé par les collectivités territoriales. La présence session nous offre donc l’opportunité d’engager des réflexions pertinentes permettant d’approfondir l’analyse de certains questionnements afin de mieux percevoir les enjeux  et défis». A-t-il laissé entendre.

Quand au représentant de l’union européenne, il dira que ledit projet est financé par son organisation. Il dira que le comité est  chargé d’assurer la supervision des programmes et décider des orientations stratégiques entre autres. Selon lui, le projet vise à réduire la propagation de la pandémie et son impact socio-économique au Mali. «Ces objectifs s’articulent autour de trois axes, à savoir, dit-il, contribuer à la mise en œuvre du plan de riposte covid-19, à renforcer la prise en charge sanitaire de qualité, et renforcer la résilience des ménages vulnérables à la pandémie. Le projet est doté d’un budget de près de 2,5 millions d’Euros. Il a démarré en mars dernier». A-t-il indiqué.

Dr. Jean-Pierre Baptiste, représentant résident de l’OMS au Mali, pour sa part,  a remercié l’Union Européenne pour son appui dans la distribution des vaccins en Afrique. «Il y a une solidarité autour du Mali par rapport à l’acquisition de vaccins. Maintenant c’est à nous, la partie nationale et les partenaires, de voir comment accélérer cette compagne de vaccination ? Il faudrait accélérer pour qu’on puisse atteindre le chiffre de l’OMS au niveau du pays, 9 millions de personnes vaccinées d’ici la fin de l’année». A-t-il expliqué.

Sanadé Sana

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.