Santé

CHU Gabriel Touré : le coup d’envoi d’une série de grève fixé pour le mercredi 8 février

Dans un communiqué rendu public le 24 janvier 2023, deux syndicats de santé du CHU Gabriel Touré, à savoir : syndicat National de la Santé, de l’Action Sociale et de la Promotion de la Famille SNS-AS-PF et le Syndicat Autonome des Cadres Médicaux prévoient d’entamer une série de grève à partir de février si leurs doléances ne sont pas prises en comptes.

En effet, plusieurs raisons ont été évoquées dans ce communiqué par les deux organisations syndicales comme étant les causes du préavis de grève.

D’après le communiqué rendu public, c’est en parti à cause du non-respect des engament pris par le gouvernent par rapport aux protocoles signés avec les comités syndicaux du CHU Gabriel Touré qu’intervient ce préavis de grève. « Le mépris affiché du Directeur Générale de l’hôpital vis-à-vis du comité syndical, ses agissements répétitifs d’entrave à la liberté syndicale et sa tentative de violation des textes réglementaires notamment ceux relatifs à la désignation des représentants du personnel devant siéger au sein du conseil d’Administration de l’hôpital sont des raisons de ce préavis de grève » ont-t-ils précisé dans le communiqué.

En effet, les comités syndicaux déplorent dans leur préavis de grève, le mépris du directeur du CHU Gabriel Touré à l’égard du personnel bi-appartenant, notamment dans le blocage de régularisation des primes de fonctions spéciales.

Aussi, soulignent-t-ils d’autres causes comme, l’absence, l’insuffisance, et la dégradation des outils de production et de prestation pour une meilleure prise en charge des patients à l’hôpital.

Pour eux, l’échec de toutes les rencontres initiés par la ministre de la santé et du Développement social, caractérisées par le manque de volonté à trouver des solutions aux problèmes posés, le refus du ministre à accorder une audience au syndicats et surtout le mépris à l’égard des responsables syndicaux en est une cause principale de ce préavis de grève.

Au regard de tous ces faits, citent-ils et en se fondant sur les directives et les conclusions issues des différents réunions, des bureaux exécutifs des comités syndicaux du CHU Gabriel Touré, les bureaux exécutifs des comités syndicaux exigent la satisfaction des points de revendication.

Il s’agit principalement que soit mise en application, le Décret N°06-189/PRM portant modification du décret N°03-338/P-RM du 7 aout 2003 fixant l’organisation et les modalités de fonctionnement de l’hôpital Gabriel Touré.

Par-là, les comités syndicaux exigent que le personnel Bi-appartenant soit mis dans ses droits conformément à la loi et aux engament antérieurs du gouvernement. Cela en les payants intégralement leurs arriérés d’émoluments, en uniformisant les montants desdits émoluments selon le grade et conformément aux directives initiales des modes de calcul et en remboursant intégralement les primes de fonctions spéciales prélevées illégalement sur le salaire des agents bi-appartenant.

Au cas de non-satisfaction de ces différentes revendications, les comités syndicaux observeront une série de grève don la première phase sera de 72 heures qui s’exécutera entre le mercredi 8 au vendredi 10 février 2023. Une grève qui pourra être reconduite pour la période du lundi 13 au jeudi 16 février 2023 et du lundi 20 au vendredi 24 février 2023. Passé ce délai et si les points revendications ne sont toujours pas satisfaits, les comités syndicaux prévoiront de lancer une grève illimitée sans aucun préavis.

Notons que les comités syndicaux du CHU Gabriel Touré avaient lancé une grève avant de la suspendre pour cause des sanctions de la CEDEAO

Tioumbè Adeline Tolofoudié

Source : LE PAYS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.