Coronavirus au Mali : Voir pour croire !

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Si je ne vois pas, je ne crois pas ! Cela s’avère dangereux, selon un proverbe ‘’Mieux vaut prévenir que guérir’’. Malheureusement ceci est la position de certains communs mortels maliens, ce qui est déplorable.

Me référant au journal télévisé de l’ORTM (Office de Radiodiffusion Télévision du Mali) de 20h (11/04/2020), j’ai été vraiment surpris et choqué du comportement de certains Maliens qui ne croient jusqu’à présent pas à l’existence du coronavirus (COVID-19) au Mali. Pour certains « On ne croit pas car nous n’avons pas vu de cas, ni entendre dire qu’il y a telle personne de telle famille contaminée ». Pour d’autres, c’est un moyen pour le gouvernement du Mali de se faire de l’argent d’où l’appellation corona-business.  

Tout ceci me pousse à dire que la plupart de ces gens sont un danger pour leurs proches car même si ces derniers respectent les gestes barrières, ils seront à tout temps exposés au danger vu que leurs collaborateurs n’en croient pas.

Voir pour croire, oui, mais mourir pour croire, se faire d’abord atteindre pour croire ou voir son prochain atteint du mal pour croire est encore idiot.

Le monde entier est bloqué (les aéroports, les frontières, le football, les écoles, les universités, le confinement à travers le monde, etc.), tout ceci n’est pas fortuit. Le nombre de décès que nous constatons chaque jour dans le monde, dû à cette pandémie fait croire l’existence de cette maladie. Constatant les chiffres annoncés par les spécialistes en maladies infectieuses dans notre pays, nous attestent l’existence de la pandémie. Oui le coronavirus est réel sur le territoire malien. Mais souhaitons que ce qui arrive dans les autres pays ne nous arrive pas sinon ça sera le cataclysme.

Au Mali, l’indiscipline est le quotidien. Personne ne respecte rien. Les mesures prises par les autorités non plus sont respectées, vu que la population n’a plus de respect pour elles à cause de leur foutaise politique et leur comédie politique.

Mais bravo aux autorités d’avoir fait respecter le couvre-feu par la force. Elles doivent comprendre que dans un pays où peu sont ceux qui réfléchissent intelligemment, il faut parfois faire recours à la force étatique (la police, la gendarmerie, la garde nationale…) pour faire respecter les décisions (Thomas Hobbes est intéressant).

Mais il y a toujours le coté rassemblement que la population ne respecte pas. Les gens continuent à fêter des baptêmes, des mariages, et à faire des prières en grand nombre sans le respect des gestes barrières. Ce non-respect est dû à la faiblesse des autorités. Ce qui contribue sans doute à la propagation du COVID-19.

Le maintien des élections en cette période a nécessairement des impacts négatifs car il pourrait contribuer également à la propagation de la pandémie.

Ce que je demande à tout un chacun, c’est le respect strict des mesures barrières (se laver les mains avec le savon, désinfecter les mains avec le gel-hydroalcoolique, ne pas toucher le visage, le port du masque), éviter les déplacements inutiles et les rassemblements. Que celui qui ne croit pas, qui ne se protège pas, le fasse pour les autres.

Je respecte les mesures barrières pour me protéger et pour protéger les autres.

Bamako, le 25/04/2020

Judé SOGOBA/ Prof. de Philo

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *