Explosion des cas de Covid-19 au Mali : les agents de santé tirent la sonnette d’alarme

Au Mali, la Covid-19 n’a toujours pas dit son dernier mot. Depuis le rapport journalier en date du 30 aout 2022, le nombre de cas positifs ne fait que grimper. Cette augmentation de cas de Covid-19 peut être liée à beaucoup de facteurs. Pour en savoir plus sur les facteurs occasionnant cette augmentation de cas positifs à la Covid-19, nous avons approché les spécialistes en santé.

Au Mali, le nombre de cas positifs à la  Covid-19 ne cesse d’augmenter. Selon le rapport journalier Covid-19, du 30 aout 2022 sur 761 tests réalisés, 28 personnes étaient positives. Le taux est passé à 47 cas positifs sur 654 tests réalisés le 31 aout, le 1er septembre 2022, le taux était à 50 cas sur 991 tests réalisés. Subitement, le 6 septembre 2022, le Mali s’est retrouvé avec 117 cas positifs sur 1132 tests réalisés et 131 cas le 7 septembre 2022 sur 862 tests réalisés.

Depuis, les cas positifs ne cessent d’augmenter. Selon le Pr Bourèma Kouriba, membre du comité scientifique, l’augmentation des cas positifs à la Covid-19 est liée à plusieurs facteurs dont le changement environnemental, avec l’humidité qui favorise les infections.

« L’abandon des mesures de prévention comme les gestes barrières liée à la baisse de la Covid-19 en est aussi un facteur de cette augmentation. Aussi, la fin des vacances scolaires et universitaires en Europe a aussi relativement augmenté le nombre de cas positifs », indique Pr Kouriba.

Il explique aussi que l’augmentation des cas de Covid-19 ne concerne pas seulement le Mali, mais le monde en général.

Pour le médecin Yacouba Coulibaly, agent à la section immunisation à la direction générale de l’hygiène publique, l’augmentation des cas de Ccovid-19 est due au relâchement des mesures barrières. « Les Maliens ont cessé de respecter les mesures barrières, car pour eux la pandémie est déjà finie alors que ce n’est pas le cas », ajoute le médecin.

Le directeur du comité scientifique, Pr Kouriba, relate que pour l’instant ils ne peuvent pas indiquer si l’augmentation des cas va perdurer ou pas.

« Le ministère de la Santé songera à prendre les mesures nécessaires afin de réduire ce phénomène de façon qu’il ne soit préoccupant », indique-t-il.

Quelle solution à cette augmentation du nombre de cas positifs ? Le médecin Yacouba Coulibaly laisse entendre que pour le moment, ils vont procéder à la recherche des cas positifs pour les mettre en quarantaine et isoler les cas contacts pour éviter une probable contamination. Il a surtout invité les Maliens à respecter les mesures barrières.

L’occasion était bonne pour le médecin Coulibaly d’inviter les Maliens à adhérer aussi à la vaccination, une solution très importante pour échapper à cette pandémie et qui contribuera aussi à attendre l’immunité collective, qui est d’atteindre 9 millions de personnes vaccinées d’ici à décembre 2022.

Quant à Pr Kouriba, il dit que la solution réside dans le renforcement des mesures préventives comme le lavage des mains, le port des masques surtout pour le personnel des santés effectuant des soins à domicile et les personnes vulnérables (à risque de développer une forme grave de la maladie) lors des regroupements socio-culturels.

« Il faudra surtout intensifier la communication et la sensibilisation sur les menaces d’une nouvelle flambée, renforcer le dépistage des cas suspects et le suivi des contacts dans les clusters, renforcer les mesures pour voyageurs rentrants au Mali au niveau des aéroports et des cordons sanitaires des frontières routières, renforcer les capacités de dépistage de nouveaux variants. Intensifier la campagne de mobilisation pour la vaccination contre la Covid-19 », énumère le Pr Bourèma Kouriba.

Un patient de la Covid-19 qui a préféré garder l’anonymat indique qui « c’est un ami qui avait la Covid-19. J’ai été contaminé à travers lui. On m’a prescrit des médicaments et je me suis isolé dans un village environnant de Bamako pour me reposer. Quelques temps après, je suis revenu faire le test et c’était négatif, aucun membre de ma famille n’a été contaminé. Pour dire que la maladie existe et qu’il faut se protéger et protéger les autres ».

Rappelons que sur 9 millions de personnes devant être vaccinées d’ici à fin décembre pour atteindre l’immunité collective, environ un million six cent mille personnes ont été vaccinées, près de cinq cent mille personnes n’ont pas reçu leur deuxième dose.

Notons qu’à ce jour la vaccination est le moyen le plus efficace pour échapper à cette maladie ; surtout que maintenant une certaine expérience sur la sécurité du vaccin a été prouvée par le comité scientifique du Mali.

Tioumbè Adeline Tolofoudié

Cet article a été publié avec le soutien de JDH (Journaliste pour les Droits Humains et Affaires Mondiales Canada)

Source : LE PAYS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.