Gestion de la transition : Le M5-RFP nie avoir des représentants dans le gouvernement et menace…

Le Mouvement du 5 juin-Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP) a nié, dans un communiqué publié mardi dernier, avoir des représentants dans le gouvernement de la transition. Il crie à la trahison et appelle ses militants à la mobilisation « pour un changement réel par la Refondation du Mali ».

De partenaires stratégiques, le M5-RFP et le CNSP sont devenus des adversaires « stratégiques ». Le premier crie à la trahison par le second. Durant tout le processus de la mise en place des organes de transition, le M5 s’est senti écarté par le CNSP. Après avoir échoué à avoir les postes de président et de vice-président de la transition, le M5-RFP a, encore été dribblé. Il n’a pas eu de représentant dans le gouvernement. C’est en tout cas ce qu’a dit son comité stratégique. « Le M5-RFP indique, contrairement à certaines informations relayées par des médias nationaux et internationaux et sur les réseaux sociaux, qu’il n’a pas de représentant dans ce gouvernement dont aucun membre ne peut se réclamer de lui ou prétendre agir en son nom », a précisé le communiqué signé par Dr Choguel Kokalla Maiga. Pour ce mouvement contestataire, toute sa volonté pour une transition réussie a été piétinée par le Comité national pour le salut du peuple. « Le M5-RFP regrette profondément que son souci constant d’une transition réussie n’ait pas été compris et pris en compte ni au moment des journées de concertation sur la Transition ni pour la désignation du Président et celle du Premier ministre de transition et encore moins pour la mise en place du gouvernement intervenu alors que sa délégation était en discussions avec le Premier ministre », regrette le M5 du Choguel Kokalla Maiga. A en croire ce mouvement, la liste des membres du gouvernement a été publiée au moment où les échanges étaient en cours entre le Premier ministre et ses délégués.

Pour le M5-RFP, ce gouvernement ne répond pas aux critères d’une vraie refondation de l’État pour laquelle ses militants se sont battus. « Le M5-RFP est donc légitime à dire que le nouveau gouvernement, dont la composition viole la loi n°052 sur la promotion du genre, n’est porteur ni de la rupture avec le système qu’il a combattu ni du changement auquel le Peuple malien aspire et pour lequel il a consenti le sacrifice ultime : le sang de ses Martyrs, pour lesquels justice doit être rendue sans délai », indique le communiqué. Avec de telles pratiques, selon le M5-RFP, le nouveau Mali tant rêvé n’est pas possible. C’est d’ailleurs pourquoi il appelle tous ses militants à rester mobilisés pour la « vraie refondation » du Mali. « Pour ce faire, le M5-RFP, fort de l’engagement de toutes ses composantes, sans exclusive, à œuvrer inlassablement pour la réussite du processus du changement, appelle ses Militantes, Militants et Sympathisants à rester mobilisés dans l’attente de ses mots d’ordre pour une rupture véritable avec l’ancien système, pour un changement réel par la Refondation du Mali », laisse étendre le Docteur en télécommunication, Choguel Kokalla Maiga.

D’ailleurs le mouvement projette une conférence de presse pour cet après-midi et une assemblée générale le samedi 10 octobre au siège de la CMAS. C’est cette assemblée générale, selon Dr Choguel Kokalla Maiga, qui déterminera les actions à mener pour un « vrai » changement de gouvernance au Mali.

Par ailleurs, le M5-RFP a précisé que son combat n’est pas celui du positionnement ; il est pour le changement dans la gouvernance au Mali. « Le M5-RFP rappelle, à toutes fins utiles, qu’il n’est pas dans un combat de positionnements, et que d’ailleurs, convié dans un passé récent par l’ancien Président à participer à un gouvernement d’union nationale, il avait clairement indiqué qu’il n’en était ni demandeur ni preneur », a déclaré le président du MPR.

Boureima Guindo

Source : LE PAYS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *