Lutte contre la Covid19 : Le gouvernement du Mali lance la deuxième campagne de vaccination

Le quartier de Lafiabougou, en commune IV du district de Bamako a servi de cadre au lancement officiel de la deuxième phase de la vaccination nationale contre la maladie à coronavirus, hier lundi 23 août 2021.  La première des 151 200 doses du vaccin américain Johnson and Johnson a été administrée à Mme Chergh Anderson, en présence du premier ministre de la transition Dr Choguel Kokalla Maïga, de l’ambassadeur des Etats-Unis au Mali ainsi que des représentants de tous les partenaires techniques et financiers dans la lutte contre la maladie à coronavirus au Mali.

Le vaccin Johnson and Johnson est l’un des quatre vaccins certifiés par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) que le Mali a choisi dans la prévention et la lutte contre le coronavirus. Après la première phase de la campagne nationale de vaccination contre la Covid19 du 31 mars 2021 au 10 juillet 2021, le Mali vient de lancer la seconde phase avec le vaccin américain Johnson and Johnson le lundi 23 août 2021.

Un don du gouvernement américain de 151 200 doses reçu le 5 aout dernier par le ministère de la Santé et de l’Action Sociale. Selon l’ambassadeur des États unis, Dennis Hankins cette donation fait partie des 110millions de doses que le gouvernement américain a donné à travers le monde afin lutter contre le coronavirus. Une action qui entre dans le cadre de la volonté du nouveau président Joe Biden à renouer ses relations avec l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). A ses dires, il est prévu, 500 autres millions de doses pour les pays en besoin, car selon lui, « s’il y’a une partie du monde qui ne s’est pas vaccinée, ça veut dire que le monde ne s’est pas vacciner ».  Par ailleurs, l’ambassadeur a salué l’ensemble du gouvernement de la transition pour la priorité accordée à la question de la lutte contre le coronavirus, voire les maladies infectieuses en générale dont l’effort est visible par le choix d’un malien comme représentant de l’Union africaine pour la lutte contre la Covid19.

Pour le représentant résident de l’OMS au Mali, Jean Pierre Baptise, coordinateur résident du système des Nations unies par intérim et représentant des partenaires techniques et financiers à cette cérémonie, de nombreux variant se rependent comme une trainée de poudre alimentant la troisième de la pandémie sur le continent. Selon lui, 16 pays d’Afrique ont déjà indiqué être confrontés à ces variant, notamment du « variant le plus contagieux, jamais détecté qui présenterait un taux de transmissibilité de 30 à 60, supérieur à celui des autres variant ». Mais à la date du 22 aout, 52 pays africains ont reçu et commencé, selon lui, la vaccination. « Sur un total 117 885 868 doses reçues, 87 142 736 doses ont été administrées et 31 708 658 doses complètes ou secondes doses ont enregistrées » a-t- précisé.

De son côté, le premier ministre, Dr Choguel Kokalla Maïga a fait savoir que cette campagne illustre le leadership avec lequel le gouvernement de transition gère la riposte contre la covide19 et toutes les pandémies. D’après ses statistiques le Mali a enregistré du début de la maladie en mars 2020 au 20 aout 2021, 14740 cas confirmés dont 535 décès et 1445 guéris. Face à la menace, le Mali a souscrit à l’initiative mondiale de prévention par la vaccination à travers le Mécanisme COVAX afin de faciliter l’accès au vaccin contre Covid19. Cette première campagne déroulée, du 31 mars 2021 au 10 juillet 2021, a concerné la région de Kayes, Koulikoro, Sikasso, Ségou, Gao et le district de Bamako, notamment avec le vaccin Astra Zeneca.

Elle a mis en première ligne, selon le premier ministre, le personnel socio sanitaire, les personnes âgées de 60 ans et plus et les personnes vulnérables vivant avec une comorbidité. Les résultats enregistrés au cours de cette première phase, sont satisfaisants avec 173 242 personnes vaccinées pour la première dose et 86 477 pour la deuxième dose. Mais, « malgré ces résultats encourageants, la maladie sévit toujours avec un risque élevé de propagation des nouveaux variant qui circulent dans le monde » a indiqué le premier ministre. C’est pourquoi d’ailleurs il a salué ce don de 151 200 doses du vaccin Johnson and Johnson du gouvernement américain, qui va permettre la deuxième phase de la vaccination contre le coronavirus toujours sous l’initiative Covax.

A la différence de la première phase de vaccination, cette deuxième phase est élargie aux personnes âgées de 18 ans et plus avec une priorité aux communautés à haut risque des régions de Kayes, Mopti, Tombouctou, Gao, Kidal, Ménaka, Taoudéni et le district de Bamako.

Pour atteindre ces cibles selon le premier ministre, trois stratégies seront utilisées à savoir : la stratégie fixe dans les structures de santé, la stratégie avancée au niveau des villages et la stratégie mobile dans les camps de personnes déplacées internes. Pour le premier ministre, au-delà des mesures barrières, la vaccination constitue un moyen sûr et efficace de riposte contre la covid19 à l’augmentation de l’immunité.

Issa Djiguiba

Source : LE PAYS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *