Ouagadougou : Housséïni Amion Guindo à la rencontre de la communauté malienne

À l’occasion de l’investiture du président burkinabé Roch Marc Christian Kaboré, le 28 décembre 2020, le président de la Convergence pour le développement du Mali (CODEM), Housseini Amion Guindo a profité pour rencontrer le représentant diplomatique du Mali ainsi que la communauté malienne vivant à Ouagadougou. Au cœur des échanges : les voies et moyens pour une sortie de crise au Mali.

Housseini Amion Guindo dit Poulo était l’un des invités de marque du président réélu du Burkina Faso, Roch Marc Christian Kaboré. La participation de l’homme politique malien, qui a laissé de bonnes impressions dans les départements ministériels où il est passé au Mali, à cette cérémonie est un signe fort du lien existant entre Kaboré et Poulo, et par ricochet le Burkina Faso et le Mali.

Au Palais des Sports du célèbre quartier de Ouaga 2000, Housseini Amion Guindo a vivement félicité son ami Roch Marc Christian Kaboré, non seulement pour sa brillante réélection à la magistrature suprême du Burkina Faso, mais aussi pour sa marque de considération envers sa modeste personne.

À noter que M. Kaboré a été réélu avec 57,74 %, dès le premier tour pour un second quinquennat, lors de la présidentielle du 22 novembre 2020.

Rencontre avec la communauté malienne

Un autre temps fort du séjour du président de la CODEM au pays des hommes intègres est sa rencontre avec la communauté malienne résidant à Ouagadougou. Comme toutes les communautés maliennes vivantes à l’extérieur, celle du Burkina a, elle aussi, de grandes préoccupations pour un retour à la normale au Mali. C’est pourquoi d’ailleurs, lors de cette rencontre avec l’ex-ministre de l’Éducation du Mali, des questions en rapport avec la situation sécuritaire et la forte crise institutionnelle et politique que connait le pays ont refait surface.

À ces problématiques, le président Poulo a rassuré ses compatriotes sur les perspectives radieuses dont dispose le Mali. Le président de la CODEM, pétri de ses valeurs maliennes et de son amour inégalé pour le Mali, trouve inconcevable de mettre en place un système sanitaire et scolaire pour son pays et se soigner ensuite à l’extérieur ou envoyer ses enfants étudiés à l’étranger dès la moindre occasion. Selon lui, cela relève d’une haute trahison.

Une « chance pour la construction d’un Mali nouveau »

Au cours de ses échanges avec la communauté malienne du Burkina Faso, M. Guindo explique que la condition sine qua non pour avoir le pays de « nos rêves » est le choix d’un homme issu des entrailles du pays, c’est-à-dire une personne qui a partagé son quotidien avec le Malien lambda dans les coins et recoins du pays.

Notons que l’ancien ministre de l’Éducation malienne n’est jamais sorti du pays pour se soigner. Mieux, tous ses enfants étudient dans le système public classique à Sikasso, dans la troisième région du pays.

Le président de l’EPM du Burkina Faso, M. Diarra trouve en Housséïni Amion Guindo un homme exceptionnel. Il l’a d’ailleurs invité à conserver ce caractère. À ses dires, l’ex-ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable du Mali est une « chance pour la construction d’un Mali nouveau ». 

Issa Djiguiba

Source : LE PAYS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *