SOCIETE

Saisie de 200 motos par les FAMa : La société civile de Gao demande la restitution des marchandises de DINA

Les Forces armées maliennes ont annoncé avoir saisi, dans la nuit du 30 avril, environs de 200 motos neuves destinées aux groupes armés terroristes (GAT) à Niafunké, dans la région de Tombouctou. Cependant, des responsables de la société civile de Gao ont dénoncé, lors d’une réunion, le 04 mai dernier, la saisie des marchandises de l’opérateur économique Sidi Mohamed Ould Abdallah dit DINA par les FAMa. C’était au Gouvernorat de Gao en présence du Directeur de Cabinet du Gouverneur.

Les Forces armées maliennes du Secteur 3 de l’Opération « Maliko », basées à Niafunké ont annoncé avoir mené, dans la nuit du 30 avril 2023, une opération au cours de laquelle, deux camions contenant environ deux cent (200) motos neuves et des couvertures, destinées à des « groupes terroristes armés (GAT) », ont été interceptées, à 25 km au nord-est de Niafunké, dans la région de Tombouctou. Au cours de cette action, les FAMa ont également interpellé neuf (9) personnes, selon la Dirpa.

Contrairement à cette annonce, nous apprenons plus tard que ces motos sont des marchandises d’un opérateur économique basé à Gao. Quand même, c’est ce qu’a révélé des responsables de la société civile de Gao, lors d’une réunion tenue le 04 mai dernier avec le Directeur de cabinet du Gouverneur de la région de Gao. « L’an deux mille vingt-trois et le quatre mai s’est tenue une réunion des responsables du cadre de la société civile de Gao composés du président de l’autorité intérimaire du cercle, du chef Arma ; du coordinateur des légitimités traditionnelles de la région de Gao, du représentant de la mairie de Gao et le représentant des organisations de la société civile de Gao ; du représentant du cadre de concertation des sages avec le directeur de cabinet du Gouverneur de la région de Gao au Gouvernorat de Gao », annonce le procès-verbal de la réunion qui souligne également que les 200 motos saisies par les FAMa à Niafunké dans la région de Tombouctou sont des marchandises de l’opérateur économique Sidi Mohamed Ould Abdallah dit DINA.

De prime abord, le président de l’autorité intérimaire du cercle de Gao, Habiboulaye Ousmane a déclaré devant du chef de l’exécutif régional que les motos saisies ne sont nullement destinées aux Groupes armés terroristes (GAT). Elles appartiennent à Mohamed Abdallah DINA, opérateur économique de la région de Gao en général et de la commune urbaine en particulier, souligne-t-il. M. DINA, rappelle-t-il, est aussi un notable et conseiller communal, « qui depuis les moments chauds de la crise qu’a connu notre pays a toujours œuvré dans la recherche de la paix, il est aussi membre de la chambre de commerce ».

Ces aspects, indique le président de l’Autorité intérimaire de Gao, prouvent à suffisance qu’il est un des notables de la ville et participe à la stabilité de la commune urbaine mais aussi de la région par divers gestes et actes.

Prenant la parole, l’opérateur économique Sidi Mohamed Ould Abdallah dit DINA a expliqué, le contexte dans lequel sa marchandise a été saisie. Selon lui, les transporteurs sont confrontés depuis un moment à d’énormes difficultés notamment sur l’axe Gao-Sevaré et celui de Gao-Niamey. C’est pourquoi indique-t-il qu’il a choisi l’axe Mauritanie-Tombouctou reliant Gao pour transporter ses marchandises.

En outre, l’opérateur économique a saisi cette occasion pour présenter aux responsables présents certains documents administratifs de son entreprise. Il s’agit notamment de : « Registre de commerce N°MAGAOAD du 01/01/2010 ; Numéro d’Identification Fiscal N° 071000723K du 24/08/2005 ; Patente Rôle I article N° 134/2013 ; Fiche de transit du Conteneur ; Facture d’achat à l’Usine No 2212A4313 du 09/12/2022 ».

Par ailleurs, M. DINA affirme n’avoir jamais exercé une fonction illégale à fortiori ravitailler un groupe arme terroriste. « Il a été relayé sur les réseaux sociaux que les motos saisies étaient de grosses cylindrées, ce qui n’est par réel », a-t-il déclaré.

Quant aux responsables de la société civile de Gao, ils demandent auprès des autorités la restitution des biens de l’opérateur économique ainsi que la libération de toutes les personnes arrêtées.

Ibrahim Djitteye

Source : LE PAYS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.