Arcane politique : L’URD promet d’honorer Soumaïla Cissé

Après près de deux mois de deuil suite au rappel à Dieu de son cher président, l’emblématique chef de file de l’opposition malienne, Soumaïla Cissé, le bureau national du parti de la poignée de main a tenu sa première réunion en ce début de semaine. L’occasion pour le 1er vice-président, le professeur Salikou Sanogo, d’appeler les militants et sympathisants de l’URD à perpétuer le combat de son défunt président « Soumi Champion ».

Si l’année 2020 a été une année noire pour les Maliens, elle en a été pire pour la famille politique de l’Union pour la République et la Démocratie (URD). Enlèvement de son président avec des blessés et un mort en mars dernier pendant la campagne électorale pour les législatives dans la circonscription de Niafunké, décès de plusieurs cadres dont des députés et enfin le rappel à Dieu de Soumaïla Cissé, lui-même, juste deux mois après sa libération des mains des djihadistes. « L’année 2020 est partie sur une note de tristesse, de douleur, de deuil et d’inquiétudes pour l’ensemble du peuple malien et singulièrement pour notre parti », a déclaré le professeur Salikou Sanogo, vice-président de l’URD, lors de la réunion du mardi dernier. Ensuite, après avoir rappelé les circonstances de l’enlèvement de Soumaïla Cissé, des efforts pour fournis pour sa libération, la joie qu’a suscitée sa libération, Salikou Sanogo déplore son rappel à Dieu le 25 décembre dernier. Il a profité de l’occasion pour réitérer ses condoléances à la famille du défunt, au parti et au peuple malien tout en entier.

Le combat de Soumaïla Cissé sera perpétué

Cette première réunion du parti a été l’occasion pour le vice-président de l’URD, professeur Salikou Sanogo, de rendre hommage à son défunt président, l’honorable Soumaïla Cissé. « Soumaïla avait une vision, un projet pour le Mali, il a toujours cru que l’émergence d’un nouveau Mali est possible et c’est bien de cette croyance qu’est née l’Union pour la République et la Démocratie (URD) », a-t-il déclaré avant d’ajouter : « L’URD ! L’autre famille qu’il a fondée, que d’aucuns qualifieraient de miracle politique ».

Même après la mort de son président, l’URD restera ce grand parti et relèvera le défi. En tout cas, c’est la promesse qu’a faite le professeur Salikou Sanogo. « Je prends personnellement l’engagement et avec vous tous que notre parti l’URD, non seulement survivra à son leader et plus encore se renforcera davantage », a entonné le vice-président du parti.

Les militants et sympathisants de l’URD appelés à perpétuer le combat de Soumaïla Cissé  

La rencontre du mardi dernier était, certes, une réunion, mais une cérémonie de prêche du professeur Sanogo à l’endroit des militants de l’URD. « Comme vous le savez, notre parti s’agrandit grâce à l’exploit de tout un chacun. Cet attrait incontestable, cet engouement réel doit nous servir de stimulant pour aller à la rencontre de plus de Maliens encore, plus de groupements de Maliens », a-t-il laissé entendre. Aussi, le 1er vice-président de l’URD a invité tous à se donner la main pour continuer le combat de leur défunt président. « N’oublions jamais que c’est ensemble, en acceptant d’autres, que nous pouvons perpétuer le combat de notre défunt président afin d’honorer sa mémoire », a déclaré le vice-président avant d’ajouter : « La situation actuelle du pays requiert la détermination et l’engagement sincère et loyal de toutes et de tous pour renforcer notre parti et pour sauver notre nation ». Le même appel a été lancé à l’endroit des membres du FSD qui a été créé par le défunt Soumaïla Cissé.

L’appel de l’URD

Cette réunion du mardi a été l’occasion pour le bureau national de l’URD de lancer un appel pressant au peuple malien. « Nous invitons les citoyennes et les citoyens, de tous bords à faire confiance à l’UNION POUR LA RÉPUBLIQUE ET LA DÉMOCRATIE et à s’engager résolument avec nous, dans la voie de l’honneur et de la dignité pour préserver l’essentiel que constitue notre commun patrimoine : le MALI », a déclaré le professeur Salikou Sanogo. À ses militants et responsables, l’URD exige qu’ils s’inspirent, dans leurs décisions et actes quotidiens, des valeurs et principes inscrits dans la présente Charte.

Le vice-président a, quant à lui, rassuré de son engagement à ne ménager aucun effort dans la conduite du parti et de son idéal commun.

Boureima Guindo

Source : LE PAYS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *