COVID-19 : l’ANAM participe à la guerre contre la pauvreté avec les minutions de l’UNICEF

L’Agence Nationale d’Assistance Médicale (ANAM) a pour mission principale, la mise en œuvre du Régime d’Assistance Médicale (RAMED) dont l’objet essentiel est la prise en charge médicale des personnes les plus pauvres appelées indigents et leur relèvement économique. Pendant près de 10 ans, ce premier volet, à savoir, la prise en charge médicales des bénéficiaires, a été assuré avec des résultats tangibles, notamment près de 98% des bénéficiaires immatriculés dont environ 32% ont bénéficié de prestations médicales gratuites.

Ces résultats fort encourageants, ont permis à l’UNICEF d’accepter d’accompagner l’ANAM dans la mise en œuvre du deuxième volet de ses missions, à savoir, le relèvement économiques des ménages pauvres. C’est dans ce cadre et à l’effet de renforcer davantage la résilience des personnes les plus pauvres face aux conséquences économiques néfastes de la COVID-19, que l’UNICEF appuie l’ANAM dans une vaste opération de transferts monétaires au profit de 3 876 ménages les plus pauvres dont 2 400 dans la Région de Kayes et 1 476 dans la Région de Sikasso. Ces opérations concernent 28 communes dont 16 réparties entre 05 districts de la Région de Kayes et 12 réparties entre 04 districts de la Région de Sikasso. Ces transferts monétaires d’une valeur de 120 931 200 f CFA, sont entièrement financés par les partenaires stratégiques, UNICEF, sur le fonds Suédois. Lors d’une cérémonie symbolique de lancement qui a eu lieu le mercredi 24 mars dernier dans les locaux de l’ANAM, son Directeur Général Adjoint, Dr Hassane TANGARA, a donné le premier clic d’envoi de 30 000 f CFA à une bénéficiaire de la Commune de Niantasso dans le Cercle de Kita. La cérémonie a enregistré la présence remarquée de deux représentants de l’UNICEF, Messieurs Mohamed Lamine TRAORE et FARAH Emile, ainsi que la participation virtuelle des Directions Régionales du Développement Social et de l’Economie Solidaire de Kayes et Sikasso.

Appelée au téléphone en pleine cérémonie, la première bénéficiaire a exprimé toute sa joie de recevoir un tel geste de la part du l’Etat malien et de son partenaire UNICEF. Elle a ajouté que ces ressources leur permettront de subvenir à certains besoins vitaux tels que la nutrition des enfants, leur préscolarisation, qui contribue à l’autonomisation des populations rurales et du coup, à leur relèvement économique.

Le Gouvernement de la République du Mali à travers le RAMED, concrétise ainsi son ferme engagement à lutter implacablement contre la pauvreté et l’exclusion sociale, gage d’un développement durable et d’une cohésion nationale.

S/Com ANAM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *