Lutte contre la covid-19 : on ne baisse pas la garde avant la fin du combat

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Face à la menace du coronavirus, le monde a adopté plusieurs mesures préventives, dont le confinement, et les couvres feu. Sans réussir à mettre fin à la pandémie, les pouvoirs publics décident de mettre fin à ces mesures.

Alors que beaucoup de pays se décident à sortir du confinement, le Haut-commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Michel Bachelet lance un avertissement hautement scientifique : « Si c’est en raison de pression politique, de pression économique que l’on va vers le déconfinement alors que les conditions scientifiques ne le justifient pas encore, on risque de nouvelles flambées. »

Il ne s’agit pas, selon elle, de céder à la panique de la récession économique pour sacrifier la santé des millions de personnes. Tant que le mobile du confinement erre encore dans la nature et demeure un danger potentiel pour l’humain, il faut trouver des justifications scientifiques au déconfinement. De même que le confinement a été indépendant de la volonté de tous, le déconfinement ne se conformera pas à notre volition. Sa nécessité doit être prouvée scientifiquement.   

Selon Bachelet, toutes les décisions des gouvernements doivent trouver des fondements scientifiques pour éviter des répercussions plus dangereuses de la pandémie sur nos vies. « Il faut procéder graduellement », suggère-t-elle. Cela est important à ses yeux en raison de l’existence de plusieurs zones d’ombre qui nous échappent sur cette maladie.

Pourtant, depuis des semaines, c’est les campagnes de déconfinement et de levée des mesures préventives dans maints pays du monde. En Afrique, la plupart des pays qui se sont adonnés à la pratique ont vu leur nombre de cas positifs grimper en flèche. Parce que tout simplement, les pouvoirs publics dans ces pays ont cédé aux pressions sociales demandant soit la levée du couvre-feu, soit la réouverture des mosquées, etc. Aucune justification scientifique n’a été attendue pour la levée de ces mesures préventives. Au Mali, le Conseil supérieur de défense a levé le couvre-feu suite aux pressions sociales alors que les cas positifs grimpent un peu plus chaque jour. Qu’en est-il du cas en RDC, en Côte d’Ivoire, en Afrique du Sud… ?

Finalement, on se demande à quoi ont servi ces mesures préventives ou de confinement. Les activités économiques ont été mises entre les fers en même temps que les citoyens, des gens ont même développé des troubles psychologiques liés au confinement, d’autres sont devenus des infirmes à vie en raison des mesures de répression déployées dans maints pays pour faire respecter le couvre-feu. Aujourd’hui, face à ces campagnes de déconfinement, sommes-nous à mesure de dresser un bilan pour montrer l’importance de ces confinements ou couvre-feu dans ces différents pays ?

Dans les pays européens aussi bien qu’africains, les mesures préventives n’ont pas empêché le taux de contamination de grimper. Cela reste de même pour le nombre de morts. Devons-nous dire en fin de compte que les autorités ont arrêté le monde pendant des mois sans autant de nécessité ? En tout cas, nous n’aurions pas tort de le dire, puisque les déconfinements se font pendant que la covid-19 poursuit son chemin. L’Organisation mondiale de la santé n’a-t-il pas d’ailleurs alerté sur le risque que le virus devienne pendant longtemps notre compagnon de tous les jours ?

Ce virus est venu montrer aux hommes leur grande ignorance à un moment où l’humanité pensait avoir maitrisé la terre et les océans. Néanmoins, il faut rappeler qu’on ne baisse la garde avant la fin du combat.

Togola

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *