LUTTE DU M5-RPF : Un bilan positif à mi-parcours !

Du 5 juin au 27 juillet, soit un total de 52 jours seulement, IBK a reculé face à la pression populaire exercée par le Mouvement du 05 juin-Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP). Ce recul est à mettre à l’actif d’une vingtaine de leaders politiques qui ont su mobiliser une masse critique d’exclus et de frustrés de la gestion clanique et mercantile du pouvoir d’État par IBK et sa famille.

De l’article 39 des enseignants à la démission des députés ‘’mal élus’’, en passant par l’abrogation du décret de nomination des membres restants de la Cour constitutionnelle, le retrait de Karim Keïta de la tête de la commission défense et celui de Timbiné du perchoir, on se rend bien compte que les manifestations populaires constituent l’unique moyen de réveiller IBK de son coma.

Il y a eu des dégâts matériels importants, des arrestations, des blessés et même des pertes en vies humaines que nous regrettons. Mais comme on le dit, aucun sacrifice n’est de trop pour sauver sa patrie. D’ailleurs, ces morts doivent désormais guider nos pas jusqu’à la victoire finale. Comme le dit un adage cubain, « le cimetière est l’endroit le plus fertile de la terre » car, c’est là-bas où se trouvent les Babemba, Firhoun, Biton, Soundiata, Askia Mohamed et autres Soumangourou Kanté. Bref, tous ces héros historiques qui se sont donné la mort pour que ce pays soit.

Le Mali, à la différence de beaucoup de pays, vient de loin et même très loin, quand on remonte dans le temps. Certains de nos ancêtres seraient venus de l’Égypte antique. Comme pour dire que nous sommes les héritiers d’une vieille civilisation. Ce beau pays est notre bien commun le plus précieux. C’est ce Mali que nous devons léguer à nos enfants et à nos petits-enfants. Tous ce que nous accumulons aujourd’hui comme biens matériels pour la construction de leur avenir ne servira à rien s’ils doivent vivre dans une insécurité permanente sur un îlot de prospérité entouré de misères.

Prenez le parcours d’IBK de 1990 à nos jours. Tout ce qu’il a pu obtenir dans sa vie lui a été offert par les Maliens. Pour nous récompenser, son unique projet aujourd’hui, c’est de nous laisser un pays divisé dont chaque portion sera gouvernée par des milices privées ou des groupes armés terroristes narcotrafiquants comme on en voit au Nord et au centre du pays. Conscients et convaincus du contenu de ce projet satanique, les Maliens du M5-RFP ont décidé de prendre leur destin en mains.

Ils seront sûrement bientôt rejoints par le peuple dans son entièreté. En 1960, nous avons pu faire l’union sacrée pour pouvoir accéder à la souveraineté internationale. Trente ans plus tard, en 1990, nous avons pu nous mettre ensemble pour arracher dans le sang la démocratie et le multipartisme. En 2020, rien ne nous empêchera de nous unir pour sauver à la fois notre pays et les acquis de notre jeune démocratie.

Nous sommes un peuple patient, mais nous ne sommes pas un peuple soumis. Ce combat pour le Mali est aussi un combat générationnel. Nous sommes condamnés de nous battre pour ne pas mourir esclaves ou réfugiés dans un pays limitrophe.

Ina Maïga

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *