Santé : Don d’une valeur de 200 000 dollars au CHU Gabriel par l’UNICEF

Le Fonds des Nations unies pour l’enfance (l’UNICEF) a procédé ce vendredi 28 février 2020 au don d’un lot d’équipements, de matériels et de consommables à l’unité de néonatalogie de l’hôpital Gabriel Touré de Bamako. Cet appui vise notamment à diminuer la mortalité des nouveau-nés.

D’une valeur de plus de 200 00 dollar américain, l’UNICEF vient en appui à l’unité de néonatologie du CHU Gabriel de Bamako. Un don octroyé grâce au Fonds français Muskoka avec l’appui du gouvernement français, lit-on dans la note à la presse de l’UNICEF.

Ce don est composé de kits d’intrants d’accouchement, de 80 pompes à réanimation manuelle pour la prise en charge des nouveau-nés souffrant de difficultés respiratoires, des aspirateurs, des appareils de photothérapie pour la réanimation du nouveau-né, des extracteurs d’oxygène, des berceaux et des couveuses.

À travers ce don, l’UNICEF espère augmente la capacité d’accueil de cet hôpital de référence du Mali.  Au moins, les 4.000 nouveau-nés reçus annuellement par cette unité pourront bien être pris en charge. « Le personnel de l’unité de néonatologie sera également formé sur l’utilisation et la maintenance du nouvel équipement », rassure-t-on.

Selon Lucia Elmi, représentante de l’UNICEF au Mali, « Il est critique de s’assurer que les centres de santé soient bien équipés partout au Mali et que le personnel de santé maîtrise les gestes qui sauvent la vie des nouveau-nés. »

Selon cet organisme des Nations unies dévoué pour la protection des enfants, ce don est une réponse aux inquiétudes exprimées sur les conditions de prise en charge des nouveau-nés dans cette unité. Cela, suite à une visite dans ladite unité par le ministre de la Santé et la représentante de l’UNICEF. « Avec un taux de 34%, l’unité de néonatologie affiche un taux de décès de nouveau-nés nettement supérieur à la moyenne nationale, qui est de 3% », précise-t-on dans le document de presse qui rapporte les propos de la représentante de l’UNICEF au Mali : « Au Mali, la vaste majorité de décès de nouveau-nés est liée à des causes parfaitement évitables ».

Le manque d’équipements et de matériels adéquats constitue les causes essentielles de ce taux de mortalité, explique-t-on. À cela s’ajoute le manque de place d’accueil, précise l’UNICEF.  

Rappelons que ce don s’inscrit dans le cadre de l’appui de l’UNICEF au ministère de la Santé dans le but de diminuer le taux de mortalité. Il s’agit également d’un appui des Nations Unies à la « réforme du système de santé et du Plan d’action du Mali, au même titre que la digitalisation du système de santé communautaire, la cartographie des équipements et le renforcement des capacités des agents de santé communautaires. » 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *