LUTTE CONTRE LA COVID-19 : Vaincre par la sensibilisation

Pour éviter la propagation de la Covid-19 et protéger les citoyens maliens de plus en plus exposés, les acteurs en charge de la lutte contre la pandémie ont décidé de vacciner 70% des populations d’ici à la fin de l’année 2022. Avec la réticence des uns et des autres, quant à l’acceptation des vaccins déjà disponibles, la Direction régionale du développement social et de l’économie solidaire (Drdses) continue d’œuvrer pour vaincre le virus. Elle s’appesantit sur des méthodes propres à elle  en incitant  les populations à la vaccination.

Face à la réticence des populations par rapport à la vaccination contre la Covid-19, la Direction régionale du développement social et de l’économie solidaire (Drdses) s’est focalisée sur les campagnes de plaidoyer et de sensibilisation. «  Nous avons formé 1049 mobilisateurs pour les 6 communes de Bamako. Pour la prévention et la vaccination, nos mobilisateurs partent à la rencontre des populations jusqu’à leurs domiciles. Ils font le porte-à-porte en vue de sensibiliser les gens. Ils vont sur les marchés de Bamako, dans les mosquées et les églises. Nos mobilisateurs vont dans les entreprises pour rencontrer les travailleurs. Ils se déplacent vers des élèves et étudiants au niveau des espaces scolaires et universitaires pour des activités de plaidoyer et de sensibilisation couplées à la vaccination », explique Mme Sidibé Aminata Kalapo, Point focal Covid-19 de la Direction régionale du développement social et de l’économie solidaire. À ses dires, la direction a commencé ses campagnes de sensibilisation vers les mois de mars 2021. Pour mener à bien son combat, la direction a noué des partenariats avec des structures  dont l’Unicef, l’ONG Soutoura, le PSI-Mali… « Avec l’appui de l’Unicef, nous avons vacciné 1441 personnes à travers nos compagnes de sensibilisation et de plaidoyer  couplées à la vaccination courant 2022. Avec l’ONG-Soutoura, la direction a tenu des journées de sensibilisation couplées à la vaccination sur les sites de déplacés internes de Niamana et Garantiguibougou. Cela a permis de vacciner 632 personnes », confie la responsable de la Drdses. Les activités menées avec PSI-Mali ont permis de vacciner 1621 personnes. Le total de ces personnes vaccinées est de 3694 personnes à travers Bamako, dit-elle. Dans le cadre de son partenariat avec l’Unicef, la direction a pu informer 16.853 personnes, indique Mme Sidibé Aminata Kalapo. Avec PSI-Mali, le nombre de personnes informées, s’élève à 11 438  citoyens. « C’est tout récemment que nous avons commencé les campagnes couplées à la vaccination. Ce qui nous a permis de lister le nombre des personnes ci-dessus indiquées », a-t-elle étayé, renchérissant que les activités se poursuivent afin de vacciner 70% des populations. Aussi, a-t-elle précisé, la direction a mobilisé 30 radios en plus des journaux (une trentaine), pour la diffusion des messages de sensibilisation à l’endroit des populations.  En commune V du district de Bamako,  Mme Coulibaly Aminata Mahamane est la cheffe de service de développement social et de l’économie solidaire. Elle soutient que les activités de sensibilisation en faveur de la vaccination sont, depuis le début de la covid-19 à nos jours,  restées en cours en commune V de Bamako.

« On a eu à faire des ateliers, des sessions d’engagement et des sensibilisations à grande masse. Nous avons fait des plans d’action en allant vers la population. Nous travaillons avec des femmes leaders, des jeunes et des leaders religieux qui se sont engagés à attirer l’attention de la population sur la véracité de la maladie. On a mobilisé ceux-ci qui font le porte-à-porte pour sensibiliser les gens ». « Les Maliens doivent comprendre que le seul moyen de protection est la vaccination. Le virus n’a pas été jugulé », croit la cheffe de service. Au total, 20 leaders religieux dont 8 chrétiens et 12 imams ont pris l’engagement de sensibiliser les gens en commune V. Le Service du développement social de la commune V a 221 mobilisateurs, dont des femmes et des jeunes leaders…Pour l’année 2022, 230 personnes ont pu être vaccinées grâce aux mobilisateurs.

Ce nombre est différent de celui des gens qui se rendent  personnellement dans les centres d’immunisation  pour la vaccination, clarifie Mme Coulibaly. Un plaidoyer a été fait dans chaque quartier de la commune V. Au début, martèle la cheffe, c’était difficile pour le personnel de santé d’évoquer la vaccination aux gens. « Il a fallu que nous (service de développement social et de l’économie solidaire de la commune V) prenions le devant pour attirer l’attention des  gens sur la gravité de la maladie. Aujourd’hui, les gens se vaccinent chaque jour grâce aux mobilisateurs », a-t-elle conclu.

Des témoignages sur les efforts de la Drdses

Dans la lutte contre la Covid-19, la vaccination ne peut pas marcher sans une pré-campagne, selon Dr. Sidick Traoré, un des responsables chargés d’immunisation. « On peut dire que la Drdses a vraiment mouillé le maillot dans la vaccination. Avec des campagnes couplées à la vaccination, elle a obtenu des résultats auxquels nous ne nous attendons pas », rapporte le spécialiste. Du début de la covid-19 à maintenant, beaucoup d’actions ont été menées par la direction. « La technique (volet immunisation) ne peut rien faire sans la communication. Et la direction a été d’une aide très capitale dans la sensibilisation. Beaucoup de gens ont adhéré à la vaccination grâce à la sensibilisation », a-t-il extériorisé.

Seydou Bakayoko est étudiant à l’Institut de formation des travailleurs sociaux. Il dit vouloir accepter la vaccination grâce au passage de l’équipe de la Direction régionale du développement social et de l’économie solidaire à son école. « C’est bien de se faire vacciner. Ça me protège et protège les autres », reconnait-il. Pour sa part, l’étudiante Assétou Ballo soutient n’avoir pas été convaincue avant de croiser l’équipe mobile de la Drdses. « Je me suis vaccinée suite aux explications des membres de la Drdses », clarifie l’apprenante de l’institut. Via la même équipe, Kadidia Ibrahim Traoré et Moussa Sidibé (étudiants) maintiennent avoir appris pas mal de choses. « Nous savons désormais que beaucoup de choses circulant autour des vaccins sont des rumeurs », ont-ils relayé.

Nonobstant ces efforts, seulement 15,30% des populations ont pu être complètement vaccinées à la date du 20 juillet dernier sur les populations cibles de 70%, ressort-on dans le discours tenu  le 22 juillet 2022 au patronat par Diéminatou Sangaré, ministre de la Santé et du Développement social. Ce qui veut dire que le chemin à parcourir reste encore long pour les acteurs en charge de la vaccination contre la Covid-19.  Se référant à l’article 16 de la constitution malienne, « tous les citoyens ont le devoir d’apporter leur concours en cas de calamité nationale ».Les personnes vivant avec la maladie pandémique méritent assistance, selon l’article 25 du code pénal qui prévoit et punit « la non-assistance d’une personne en danger ».

Mamadou Diarra

Ce reportage est publié avec le soutien de Journalistes pour les Droits humains (JDH) au Mali et Affaires Mondiales Canada.

Source : LE PAYS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.